PUBLICITÉ

Une partie de l'Eglise orthodoxe ukrainienne s'affranchit de sa tutelle russe

Une partie de l'Eglise orthodoxe ukrainienne s'affranchit de sa tutelle russe
Tous droits réservés 
Par Olivier Schneid avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un concile "de réconciliation" s'est réuni, samedi 15 décembre 2018, à Kiev (Ukraine), pour proclamer une Eglise orthodoxe ukrainienne indépendante de sa voisine russe, qui exerce une tutelle depuis 332 ans. L'initiative religieuse symbolise le fossé grandissant entre les deux pays.

PUBLICITÉ

Un grand jour pour les tenants d'une Eglise indépendante ; une très mauvaise nouvelle pour le Patriarcat de Moscou. Un concile orthodoxe "de réunification" a entériné, samedi 15 décembre 2018 à Kiev (Ukraine), la création d'une Eglise indépendante de celle du voisin russe.

Au-delà du religieux, cette initiative a un sens politique. Le président Petro Porochenko l'a bien compris, en prenant un bain de foule devant la cathédrale Sainte-Sophie, où se sont réunies des milliers de personnes.

La branche de l'Eglise ukrainienne fidèle au Patriarcat de Moscou compte le plus grand nombre de paroisses dans le pays, mais son influence pourrait s'éroder. En témoigne la présence à ce rassemblement d'évêques et de prêtres à qui il avait été formellement interdit d'y participer.

L'Eglise russe a dénoncé un "schisme" de la part d'une Eglise ukrainienne sur laquelle elle exerce une tutelle spirituelle depuis 332 ans. Le pouvoir ukrainien, pro-occidental, en conflit avec celui de Vladimir Poutine, a, de son côté, indiqué qu'il s'agissait là d'une question de "sécurité nationale".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine a assisté à la messe de Noël à Saint-Pétersbourg

Ukraine : l’OTAN pointe les restrictions sur l’usage d’armes occidentales

MAJ : frappe russe sur un supermarché Kharkiv, au moins 14 morts