DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un humoriste critique le retrait de son émission par Netflix en Arabie saoudite

Hasan Minhaj le 12 novembre 2018 à Beverly Hills
@ Copyright :
Jesse Grant
Taille du texte Aa Aa

L'humoriste et commentateur politique américain Hasan Minhaj a critiqué mercredi la décision de Netflix de retirer de son service en Arabie saoudite un épisode de son émission dans lequel il décriait le prince héritier Mohammed ben Salmane.

La plateforme a indiqué avoir retiré l'épisode de l'émission "Patriot Act with Hasan Minhaj" pour répondre à une "requête légale" des autorités saoudiennes, qui demandaient à Netflix de se conformer à la législation locale sur la cybercriminalité.

"Clairement, le meilleur moyen d'empêcher les gens de regarder quelque chose, c'est de la retirer, en faire une tendance sur internet et la laisser sur YouTube", a ironisé Hasan Minhaj sur son compte Twitter.

Le contenu de l'épisode, initialement mis en ligne en octobre, était encore accessible sur YouTube mercredi, ainsi que sur Netflix ailleurs qu'en Arabie saoudite.

Selon les données du site Social Blade, la plateforme de l'émission sur YouTube a été visitée plus de 200.000 fois sur la seule journée de mercredi et 9,1 millions de fois au total depuis sa création.

Dans l'épisode intitulé "Arabie saoudite", l'humoriste, né en Californie d'une famille musulmane d'origine indienne, avait estimé que le moment était venu pour les Etats-Unis de "réévaluer notre relation avec l'Arabie saoudite", à la lumière de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Ryad nie vigoureusement tout lien entre Mohammed ben Salmane ("MBS") et le meurtre, perpétré le 2 octobre dans les locaux du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Toutefois, selon de nombreux sénateurs américains briefés sur le sujet, des rapports de la CIA permettent de conclure qu'il en a bien été le commanditaire.

"Il y a des gens en Arabie saoudite qui luttent pour de vraies réformes, mais MBS n'est pas l'un d'eux", ajoutait Hasan Minhaj dans l'émission, dont le ton et le format empruntent aux références "The Daily Show" et "Last Week Tonight".

"N'oublions pas que la plus grande crise humanitaire se déroule au Yémen en ce moment", a-t-il commenté mercredi sur Twitter, appelant à faire des dons à l'ONG International Rescue Committee (IRC), présente au Yémen.

L'humoriste avait déjà lancé cet appel lors du dernier épisode de la saison, lui aussi consacré en large partie à l'Arabie saoudite et à la complaisance dont faisaient preuve, selon lui, Donald Trump et son administration.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.