Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Bosnie: "fête nationale" des Serbes, un "mensonge" pour les Bosniaques

Bosnie: "fête nationale" des Serbes, un "mensonge" pour les Bosniaques
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Serbes de Bosnie ont célébré mercredi leur "fête nationale", marquant la naissance de leur "république" peu avant le conflit des années 1990, événement vécu comme une provocation par les Bosniaques musulmans qui crient au "mensonge".

Hostiles à l'idée d'indépendance de la Bosnie, voulue par les Bosniaques et les Croates, des dirigeants politiques des Serbes de Bosnie avaient proclamé le 9 janvier 1992 une "république des Serbes" de Bosnie, la "Republika Srpska". Trois mois plus tard éclatait un conflit qui allait durer jusqu'en 1995, faisant quelque 100.000 morts.

La Cour constitutionnelle de Bosnie a jugé en 2015 que cette fête était discriminatoire à l'égard de Bosniaques et des Croates.

Mais les dirigeants de la Republika Srpska n'ont pas cessé d'organiser les célébrations, en leur accordant même de plus en plus d'importance, irritant ainsi les Bosniaques.

Comme les années précédentes, ils ont organisé mercredi un défilé à Banja Luka (nord), la capitale de cette entité des Serbes de Bosnie.

Des milliers de personnes ont assisté au passage de policiers de l'entité, dont des forces spéciales et antiterroristes, suivis par des véhicules blindés.

Des anciens combattants serbes ont également défilé, ainsi que des pompiers, des clubs de sports ou encore des membres locaux des "Loups de la nuit", un club de motards pro-Poutine.

"Je veux remercier ceux qui ont créé la Republika Srpska, tous ceux qui ont pris des décisions importantes à une époque cruciale", a déclaré lors du défilé sa présidente Zeljka Cvijanovic.

Parmi ses fondateurs figurait notamment Radovan Karadzic, son président pendant le conflit, condamné par la justice internationale pour crimes de guerre, dont le massacre de Srebrenica dans lequel environ 8.000 hommes et adolescents bosniaques ont été tués en juillet 1995.

Dans la tribune officielle avaient pris place Milorad Dodik, chef politique des Serbes de Bosnie et depuis novembre membre serbe de la présidence tripartie bosnienne, ainsi qu'Ana Brnabic, Première ministre de la Serbie voisine.

Dans un message, le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, a assuré que la Republika Srpska pourrait "toujours compter sur le soutien généreux" de son pays.

Des Bosniaques ont de leur côté visité le mémorial du massacre de Srebrenica. Leur représentant politique en Republika Srpska, Ramiz Salkic, a dit que les célébrations de Banja Luka étaient un "mensonge" et que le 9 janvier devrait être un "jour à la mémoire des victimes".

"La vérité est que les crimes ont été commis au nom de cette République serbe de Bosnie", a-t-il déclaré, cité par l'agence Fena.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.