Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : les Européens dans l'attente

Brexit : les Européens dans l'attente
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le rejet de l’accord sur le Brexit par les députés britanniques : un revers pour le gouvernement de Theresa May mais aussi, pour ses partenaires européens.

Ce sont eux qui avaient approuvé, le 25 novembre dernier, l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE, à Bruxelles. Ils réitèrent aujourd’hui leur volonté de participer aux négociations jusqu’au bout :

"Nous voulons limiter les dégâts même si le Brexit nous sera dommageable. Alors nous continuerons bien sûr à essayer de trouver une solution pour qu’il se fasse dans l’ordre", commente la chancelière allemande, Angela Merkel.

Face à l’impasse, quelle solution faut-il alors adopter ? Si le divorce doit en théorie être consommé le 29 mars, dans la pratique, rien ne l’empêche d’être retardé, comme le rappelle la ministre française chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau :

"Juridiquement et techniquement, c'est possible. Il faut que les Britanniques le demandent et il faut qu'il y ait un accord à l'unanimité des 27 États-membres de l'Union européenne".

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, lui, se montre plus ferme :

"Une simple prolongation - sans savoir comment utiliser ce temps, sans avoir le point de vue clair de la Grande-Bretagne sur la manière de réaliser cet accord et de réglementer une relation future, d'une manière différente - n'aurait aucun sens".