DERNIERE MINUTE

Les Etats-Unis chargent le géant Huawei

Les Etats-Unis chargent le géant Huawei
Tous droits réservés
Reuters/Jason Lee
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Chine est en colère. Son géant des télécoms Huawei et la directrice financière Meng Wanzhou ont été accusés par la justice américaine d'avoir conspiré pour violer les sanctions américaines contre l'Iran, et d'avoir volé des secrets de technologie.

Le procureur général adjoint américain Mathhew Whitaker en charge de l'affaire dit avoir des preuves des infractions commises jusqu'au sommet :

"Dès 2007, les employés de Huawei auraient commencé à donner une image fausse de la relation de la société avec sa filiale iranienne, appelée Skycom. Les employés de Huawei auraient dit à des partenaires bancaires américains que Huawei avait vendu sa participation dans Skycom. Mais ces affirmations étaient fausses. En réalité, Huawei s'était vendu Skycom à elle-même."

Pékin crie à la manipulation politique et nie les 13 chefs d'inculpations.

L'arrestation début décembre à Vancouver de Meng Wanzhou, fille du fondateur du groupe, a déjà provoqué de forts remous diplomatiques entre Pékin et Washington. En liberté surveillée, la dirigeante de Huawei doit comparaître le 6 février devant un juge canadien dans le cadre de la procédure d'extradition lancée par les Etats-Unis. Dans ce qui a été largement interprété comme des représailles de Pékin, la Chine a notamment depuis arrêté deux Canadiens et un tribunal chinois et en a condamné à mort un troisième.

Huawei, qui est le plus grand fabricant mondial d’équipements de télécommunications, est aujourd'hui l'objet de regards de plus en plus suspicieux dans un nombre grandissant de pays occidentaux, à tel point que Pékin dénonce "une campagne internationale injuste et immorale".

L'affaire se déroule sur fond de guerre commerciale déclenchée par le président américain à coups de taxes douanières, et alors que de nouvelles négociations commerciales sino-américaines reprennent cette semaine à Washington.

Vol de technologie ?

La justice américaine a donc aussi inculpé deux filiales de Huawei, notamment d'association de malfaiteurs en vue de voler des secrets industriels, en l'occurrence des technologies cellulaires de l'américain T-Mobile, à son siège de Bellevue, dans l'Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Dans le viseur des ingénieurs de Huawei, selon l'acte d'accusation : le robot "Tappy", imaginé par T-Mobile pour reproduire un doigt humain et tester ainsi ses appareils cellulaires.

Ces deux filiales, Huawei Device Co., Ltd. et Huawei Device Co. USA, sont visées au total par 10 chefs d'inculpation pour des faits remontant à la période 2012-2014, parmi lesquels figure également une accusation d'obstruction à la justice.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.