DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : ces ressortissants britanniques qui demandent la nationalité française

150 000 expatriés britanniques ont déjà demandé la nationalité française
@ Copyright :
REUTERS/Hannah McKay
Taille du texte Aa Aa

La date fatidique du 29 mars approche de plus en plus pour le Brexit. Les expatriés britanniques sont nombreux à craindre pour leur situation. Beaucoup ont déjà franchi le cap vers l'obtention de la nationalité française.

David Hallifax vit paisiblement sa retraite en Bretagne. Mais bientôt, ce citoyen britannique, en France depuis 38 ans, va devoir engager des démarches administratives.

"Pour continuer à vivre comme on l’a fait avec des mouvements libres en Europe, nous devons prendre la nationalité française, s'inquiète David Hallifax, britannique installé en France. On n’y a pas pensé. On pensait qu’on avait un passeport qui nous permettait de vivre librement en Europe et maintenant, ce n’est plus possible."

"On ne pensait pas que ça allait tourner comme ça"

Ce qui pousse David Hallifax à demander la nationalité française, c'est évidement le Brexit qu'il n'avait pas vu venir : "Un peu catastrophé, c’est très simple, on ne pensait pas que ça allait tourner comme ça, enfin, peut-être que nous aussi on s’est un peu détaché de l’opinion des Britanniques."

Engagement et optimisme

Cet Européen convaincu a quitté le Royaume-Uni sous Margaret Thatcher, pour s'installer près de Mulhouse puis en région parisienne. Il se dit d'ailleurs optimiste quant à l'obtention de ses papiers.

"On ne voit pas trop ce qui pourrait s’opposer, on est assez impliqués localement donc ce n’est pas comme si on s’était cantonnés, on pense qu’on parle français suffisamment bien pour se débrouiller et on a des attaches avec les enfants, les petits-enfants en France, on a déjà deux enfants qui y sont nés, je pense que les critères, bien qu’ils ne soient pas énumérés, il n’y a pas de critère qui nous exclut, déclare ce Britannique à la retraite."

David Hallifax va déposer son dossier en préfecture en mars. Aujourd'hui, il est loin d'être un cas isolé. Environ 150 000 de ses compatriotes ont déjà franchi le cap, selon l'Insee.