DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Six nations: Anglais et Gallois, pour un rendez-vous brûlant

Taille du texte Aa Aa

Le pays de Galles et l'Angleterre viseront, respectivement samedi en Italie (16h45 GMT) et dimanche contre la France (15h00), une deuxième victoire en deux journées dans le Tournoi des six nations avant de se retrouver pour un choc potentiellement au sommet dans deux semaines.

Doubler la mise devrait être plus aisé pour les Gallois, qui ont remonté un retard de seize points à la mi-temps, en ouverture face aux Bleus (24-19): les Azzurri restent sur 18 défaites d'affilée dans la compétition (trois Cuillers de bois) depuis une victoire contre l'Ecosse en février 2015.

Le XV du Poireau pourrait lui, a contrario, égaler la meilleure série de son Histoire -- 11 succès de 1907 à 1910. Pour y parvenir, et signe qu'il ne considère pas l'Italie comme une réelle menace, le sélectionneur Warren Gatland a procédé à dix changements par rapport au week-end dernier.

"C'est une opportunité à saisir pour les joueurs (qui entrent dans l'équipe). Nous avons un groupe de 31 joueurs, c'est important que tout le monde ait du temps de jeu d'ici la Coupe du monde, où nous aurons besoin d'eux" a déclaré Gatland.

Les Anglais retrouveront eux justement, en poules au Japon dans moins de huit mois (20 septembre-2 novembre), le XV de France.

Mais plus qu'une répétition, le "Crunch" de dimanche sera l'occasion pour le XV de la Rose de faire un deuxième pas vers son objectif immédiat, le Grand Chelem, avant de retrouver les Gallois le 23 février à Cardiff.

Il aborde le rendez-vous de Twickenham gonflé à bloc après avoir réalisé une démonstration de force en Irlande (32-20), qui n'avait pas perdu à domicile depuis novembre 2016.

- Des Irlandais 'blessés' -

La dynamique des Bleus est-elle beaucoup moins favorable, un euphémisme: ils viennent de perdre leur neuvième match (sur douze) depuis l'arrivée au poste de sélectionneur de Jacques Brunel fin 2017.

Et de nouveau alors qu'ils tenaient la victoire, avant de faire preuve d'une incroyable friabilité mentale.

Ils devront trouver les ressources pour vaincre à Twickenham pour la première fois depuis 2007 (2005 dans le Tournoi), ou retrouver leur "French Flair", dont dit se méfier l'ouvreur Owen Farrell: "Si vous vous déconcentrez deux secondes, ils vous punissent car ils ont des joueurs dangereux dans toutes les lignes."

Le sélectionneur Eddie Jones attend lui de son équipe la même partition que celle jouée à Dublin: "Nous devrons être très bien organisés et d'une brutalité absolue en défense."

Dominée dans les impacts le week-end dernier comme elle l'a rarement été ces dernières années, l'Irlande se déplace elle samedi en Ecosse (14h15) pour conserver l'espoir de doublé dans le Tournoi, à défaut de Grand Chelem.

Avec un esprit de revanche, selon le troisième ligne Peter O'Mahony: "Nous sommes blessés. La bête qui est en nous veut remettre les pendules à l'heure, ce que nous devons faire."

"Il n'y a pas meilleur challenge qu'aller à Murrayfield. Il faudra se dépouiller et revenir à ce que nous savons bien faire" a-t-il ajouté.

Ceci après avoir perdu un nouveau deuxième ligne (Devin Toner après Ian Henderson et Tadhg Beirne) et alors que le XV du Chardon, vainqueur en ouverture de l'Italie (33-20), n'a plus perdu dans le Tournoi à domicile depuis trois ans.

A Edimbourg, comme à Twickenham, la perspective de retrouvailles entre les deux sélections en poules au Japon passera largement au second plan.

Le programme de la 2e journée:

Samedi

(14h15) Ecosse - Irlande

(16h45) Italie - Pays de Galles

Dimanche

(15h00) Angleterre - France

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.