Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Désescalade en vue entre l'Inde et le Pakistan ?

Désescalade en vue entre l'Inde et le Pakistan ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des manifestants pakistanais déterminés dans les rues de Karachi et de Lahore, pour protester contre les attaques indiennes dans la région disputée du Cachemire... La tension ne faiblissait pas entre le Pakistan et l'Inde ce jeudi.

Le pilote indien bientôt libéré

L'homme visible au début de la vidéo ci-dessus est présenté par l'armée pakistanaise comme le pilote indien capturé cette semaine au cours d'affrontements aériens.

Islamabad a annoncé sa libération, censée intervenir ce vendredi.

"Nous détenons un pilote indien et nous avons décidé de le relâcher et de le rendre à l'Inde en signe d'apaisement", a annoncé le premier ministre pakistanais Imram Khan devant les parlementaires ce jeudi.

Une nouvelle bien accueillie par les autorités indiennes. "Nous sommes heureux que notre pilote qui était détenu au Pakistan, soit relâché. Lorsqu'il sera de retour parmi nous, nous ferons davantage de commentaires", a réagi Rjk Kapoor, un porte-parole de l'armée indienne.

Désescalade ?

Mais ce geste sera-t-il suffisant pour apaiser les tensions entre l'Inde et Pakistan ?

La poussée de fièvre entre les deux voisins ennemis est une nouvelle fois partie du Cachemire, zone à majorité musulmane et pomme de discorde depuis 70 ans entre l'Inde et le Pakistan.

Mercredi, le Pakistan a affirmé avoir abattu deux avions indiens, en réponse à une frappe préventive de l'armée indienne deux jours plus tôt, qui visait un camp d'entraînement islamiste en territoire pakistanais. Une frappe inédite depuis la guerre indo-pakistanaise de 1971

Cette action répondait elle-même à la mort de paramilitaires indiens, tués le 14 février, dans une attaque revendiquée par ces mêmes islamistes.

Une crise qui a suscité l'inquiétude de la communauté internationale, devant le risque de conflit ouvert.