DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sida : l'espoir après un deuxième cas de rémission durable

Sida : l'espoir après un deuxième cas de rémission durable
Taille du texte Aa Aa

Pour la deuxième fois en douze ans, un patient séropositif connaît une rémission durable après avoir interrompu son traitement. Les "patients de Londres et de Berlin", ainsi qu’ils ont été surnommés, ont chacun subi des greffes de moelle osseuse pour traiter des cancers du sang et reçu des cellules souches de donneurs porteurs d'une mutation génétique rare qui rend inopérant un récepteur du VIH, le CCR5.

"Trouver un donneur dont le tissu correspond à celui de la personne en attente d’une greffe et qui révèle aussi deux copies supprimées ou mutées du gène CCR5 est un résultat improbable. C'est pourquoi cela n'a pas été observé plus souvent", explique le Professeur Ravindra Gupta.

Ce deuxième cas de rémission durable aidera les scientifiques à réduire l'éventail des stratégies de traitement et ouvre la perspective de réussir un jour à guérir la maladie.

"L’idée de se débarrasser d'un virus comme le VIH qui s'implante dans notre propre matériel génétique est extrêmement difficile à concevoir et il est rare d’y assister. Ce qui arrive à ce patient est une découverte scientifique très intéressante et il est important de partager cette information", ajoute le Professeur Sarah Fidler.

Le patient de Londres en rémission tient pour l’instant à rester anonyme. Timothy Brown, le "patient de Berlin", avait lui, il y a quelques années décidé de révéler son identité.

"J'aimerais beaucoup rencontrer le patient de Londres. Je lui dirais de prendre son temps et que, s’il veut sortir de l’anonymat, il le fasse. C’est très utile pour la science et pour donner de l'espoir aux personnes séropositives, à celles qui vivent avec le VIH. Je l’encouragerai donc à se révéler un jour au public", dit Timothy Ray Brown, le "Patient de Berlin".

Des millions de personnes infectées par le VIH à travers le monde contrôlent cette maladie à l’aide d’une thérapie antirétrovirale. L'apparition de formes de VIH résistantes aux médicaments reste une grande préoccupation. Aujourd’hui, près d’un million de personnes meurent chaque année d’affections liées au VIH.