EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Retrouvée en Syrie, une femme affirme que le frère de Fabien Clain a été tué

Retrouvée en Syrie, une femme affirme que le frère de Fabien Clain a été tué
Tous droits réservés Delil SOULEIMAN / AFP
Tous droits réservés Delil SOULEIMAN / AFP
Par Euronews avec AFP, APTN
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dorothée Maquere dit être l'épouse de Jean-Michel Clain, l'autre voix du message de revendications des attentats du 13 novembre 2015. Fidèle à Etat islamique, elle ne veut pas revenir en France

PUBLICITÉ

L'homme qu'on entend psalmodier des chants religieux dans le message de revendication des attentats du 13 novembre 2015 à Paris serait mort. C'est ce qu'affirme sa femme, retrouvée par des journalistes de l'Agence France Presse, près de Baghouz en Syrie avec ses enfants.

Dorothée Maquere dit avoir été l'épouse de Jean-Michel Clain, frère de Fabien Clain, l'homme tué dans un bombardement de la coalition syrienne (20-21 février) que les enquêteurs français avaient identifié comme la voix de la revendication des attentats parisiens du groupe Etat islamique.

Voici ce que cette Française dit de leur mort : 

"On a commencé par 'droner' son grand-frère. Comme vous le savez il était présent, il était gravement blessé, et là-bas on l’a tué il y a deux jours."

"Y’a dû avoir un traître qui a dénoncé, on sait très bien qu’il y a des traîtres partout et voilà il a été dénoncé. On la voulait la peau des frères Clain. On les voulait les frères Clain. On les a eu. C’est triste hein, pourtant, ils faisaient de mal à personne."

Elle affirme en effet que son mari et son beau-frère écrivaient simplement des chants, alors que les deux frères sont considérés comme des propagandistes et recruteurs par tous les experts en terrorisme.

Dorothée Maquere a dit aussi avoir perdu trois enfants dans des bombardements. Plus que jamais fidèle au groupe Etat islamique, justifiant les attentats, elle dit ne pas vouloir revenir en France, mais rester en Syrie pour élever les cinq enfants qui lui resteraient.

Cette femme fait partie des 3 500 personnes qui auraient fui le village de Baghouz ces dernières 24h. 500 djihadistes de ce dernier réduit du groupe Etat islamique dans l'est de la Syrie se seraient aussi rendus à l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La "voix" des attentats de Paris tuée en Syrie

No Comment. Inondations massives en Mayenne suite à des pluies torrentielles

L'IA au service des malades atteints de cancer