DERNIERE MINUTE

Il est temps de tirer les leçons du Brexit pour Michel Barnier

Il est temps de tirer les leçons du Brexit pour Michel Barnier
Tous droits réservés
Euronews /UNCUT
Taille du texte Aa Aa

Alors que les élections européennes approchent et que le Royaume-Uni s'apprête à quitter l'Union européenne, Michel Barnier s'est entretenu avec Daniel Cohn-Bendit sur le Brexit et ses conséquences pour l'avenir de l'Europe dans le cadre de notre émission UNCUT, extrait :

Daniel Cohn-Bendit : "Quelles sont les conséquences d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, quelles sont les conséquences pour l'avenir de l'Europe ?"

Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour la commission européenne : "Le Royaume-Uni sort, c'est presqu'une question du passé, même si elle est toujours d'actualité, il faut qu'ils sortent correctement. Ce qui me paraît important, et que j'ai cherché à écouter dans le débat britannique, c'est pourquoi le Brexit ? Il y a les conséquences du Brexit, que nous gérons dans ce Traité, mais pourquoi les 52 % des Britanniques ont voté contre l'Europe."

D.Cohn-Bendit : "Et pourquoi ?"

M.Barnier : "Il faut écouter, il faut répondre, il y a une grande partie de ces électeurs qui ont voté pour des raisons que l'on retrouve dans certaines régions françaises, belges ou en Italie, ou dans d'autres pays, c'est le sentiment d'abandon, le sentiment d'exclusion, le sentiment que l'Europe ne protège pas, que l'Europe serait dirigée par une bureaucratie qui n'écoute pas, et je pense qu'il faut tirer ces leçons du Brexit, il est sans doute trop tard pour le Royaume-Uni, il est temps de le faire..."

D. Cohn-Bendit : "Mais est-ce que c'est vrai que l'Europe ne protège pas ?"

M.Barnier : "Moi je pense que l'Europe a été dans les 30 dernières années souvent naïves dans ces échanges commerciaux, qu'elle a fait une erreur fondamentale au moment de l'explosion (au sens d'expansion) de la globalisation, de la mondialisation, au moment de l'explosion du monde bipolaire qui était très structuré, entre l'Union soviétique d'un côté et les Etats-Unis de l'autre.

On a vu une explosion (au sens d'expansion) de la mondialisation, avec beaucoup de progrès, des gens qui sont sortis de l'extrême pauvreté, mais en même temps (on a eu) l'idée que tout était désormais possible, c'était le "laissez-faire, laissez-aller", l'ultra-libéralisme, voilà l'erreur de fond sans doute commise pas beaucoup de pays dans le monde, qu'on a payé et qu'on a pas fini de payer depuis la crise financière, et (on a eu) une dérégulation, une absence de gouvernance mondiale. Je pense qu'il est temps que l'on revienne, comme nous le faisons depuis quelques années, aux fondements de l'économie sociale de marché, et les trois mots sont importants: Economie, Social , Marché, pas seulement deux."

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans UNCUT dès 22h30, ce jeudi soir, dans toutes les langues d'euronews.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.