EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'Union européenne a fait tout son possible (Barnier)

L'Union européenne a fait tout son possible (Barnier)
Tous droits réservés Reuters - Yves Herman
Tous droits réservés Reuters - Yves Herman
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Européens ont regretté mardi soir l'échec du vote Britannique sur le Brexit. Pour le négociateur en chef, Michel Barnier, il faut désormais activer les préparatifs pour une sortie brutale du Royaume-Uni de l'Union européenne.

PUBLICITÉ

Après le rejet de l'accord sur le Brexit par les députés britanniques, le négociateur européen a été l'un des tout premier à réagir.

"L'Union européenne a fait tout son possible pour que l'accord soit adopté", explique Michel Barnier dans un tweet. "L'impasse ne peut être résolue qu'au Royaume-Uni. Nos préparatifs en vue d'une sortie sans accord sont maintenant plus importants que jamais."

Donald Tusk, le président du Conseil européen a de son côté averti les Britanniques : s'il doivent demander le report du Brexit il faudra qu'il se justifient de manière crédible pour ne pas perturber le bon fonctionnement de l'Union européenne.

Pour le porte-parole de Donald Tusk, le vote de rejet du Parlement britannique a accru de façon "significative" le risque d'un Brexit sans accord. "Il est difficile de voir ce que nous pouvons faire de plus. S'il y a une solution à l'impasse actuelle, elle peut seulement être trouvée à Londres", a déclaré le porte-parole, Preben Aamann, ajoutant que l'UE allait continuer ses "préparatifs" pour un Brexit sans accord.

Comme la France, plusieurs pays ont regretté l'échec du vote de mardi soir. Dans un tweet, le Premier ministre néerlandais était d'autant plus amer que l'accord a été rejeté "même après de multiples assurances supplémentaires de l'Union européenne". Et Mark Rutte de conclure lui aussi : la seule solution ne peut venir que de Londres.

Si Theresa May reçoit finalement le soutien de la Chambre des Communes pour reporter la date du Brexit au delà du 29 mars, les Européens l'ont prévenu : ce report ne pourra être que limité dans le temps.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Il est temps de tirer les leçons du Brexit pour Michel Barnier

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates

Les Européens votent ce samedi dans plusieurs pays avant la grande mobilisation de dimanche