EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Une foule d'Algériens toujours en colère contre Bouteflika

Une foule d'Algériens toujours en colère contre Bouteflika
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La mobilisation ne faiblit pas malgré les annonces du président de ne pas se représenter à la présidentielle. Des centaines de milliers d'Algériens toujours en colère contre Bouteflika sont descendus dans les rues du pays pour réclamer de nouveaux visages à la tête du pays.

PUBLICITÉ

Ce devait être un vendredi test pour le régime algérien. Les citoyens, malgré le retrait de leur président de la course à la présidentielle, sont à nouveau descendus en masse dans la rue en ce jour hebdomadaire de contestation. Certains étaient arrivés la veille à Alger, craignant d'être empêchés de rejoindre la capitale. Et les revendications n'ont pas changé :

"Je suis ici avec le peuple algérien, pour demander à cette clique de s'en aller, crie un homme. On ne veut plus des vieilles têtes. On veut des nouveaux visages. On veut une nouvelle Algérie, on veut une république honnête. On veut des nouveaux visages."

Les promesses la veille du nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui, de former un gouvernement dans les prochains jours, n'ont pas calmé les esprits :

"Ce gouvernement va représenter toutes les énergies, toutes les aspirations, spécialement des jeunes hommes et jeunes femmes de ce pays"

L'Algérie, vent debout contre son vieux président depuis le 22 février, dénonce aujourd'hui une mascarade constitutionnelle. Face à la colère, Abdelaziz Bouteflika a en effet repoussé la présidentielle prévue le 18 avril, annonçant l'élaboration d'une nouvelle Constitution. Conséquence : il prolonge sine die son quatrième mandat, au-delà de son expiration le 28 avril.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Algérie : les manifestants anti-Bouteflika ne désarment pas

Les Algériens se sentent floués : Bouteflika, rusé, prolonge son mandat

France : l'IVG sera lundi dans la Constitution