DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Macron réprimande la septuagénaire blessée à Nice mais elle porte plainte

Geneviève Legay, une militante d'Attac grièvement blessée à Nice.
Geneviève Legay, une militante d'Attac grièvement blessée à Nice.
Taille du texte Aa Aa

Le franc-parler, dont Emmanuel Macron s'est fait une spécialité, fait logiquement "monter la mayonnaise" alors que la tension sociale persiste en France. Dans une interview accordée au quotidien Nice-Matin, publiée ce 25 mars, le président français souhaite "un prompt rétablissement" à Geneviève Legay, une porte-parole de l'association altermondialiste Attacdans le département des Alpes-Maritimes, mais il ajoute qu' "il faut avoir un comportement responsable" et "peut-être une forme de sagesse". L'avocat de cette dame de 73 ans, grièvement blessée samedi dernier pendant une manifestation de "gilets jaunes" à Nice, rétorque que les propos du chef de l'Etat sont "grossiers et indélicats".

Et Me Arié Alimi ne se contente pas de réagir verbalement. Lundi après-midi, au nom de la famille de la victime, il a porté plainte à la fois contre la police, pour "violence en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique contre personne vulnérable", et contre le préfet des Alpes-Maritimes, en sa qualité de "donneur d'ordres". Une autre plainte a même été déposée pour "subornation de témoins" : les plaignants accusent en effet des policiers d'avoir tenté d'influencer Geneviève Legay, afin qu'elle dise avoir été "poussée par un caméraman" au cours du rassemblement de protestation.

Manifestation de soutien dans le centre de Nice

La militante d'Attac est toujours hospitalisée pour de multiples fractures, dont une grave derrière la tête. Elle était place Garibaldi, dans le centre-ville de Nice, quand elle est tombée à la renverse. Des témoins et ses proches affirment qu'elle a été grièvement blessée durant une charge menée par les forces de l'ordre pour disperser le rassemblement. Les autorités françaises assurent au contraire que la septuagénaire n'a pas été touchée par les policiers, ce que dit le président Macron lui-même dans Nice-Matin, et soulignent qu'elle n'aurait pas dû se trouver dans un périmètre de la ville interdit à toute manifestation.

L'organisation Attac a organisé en fin de journée un rassemblement de soutien à sa porte-parole sur la place de Nice où elle a été blessée :