DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Dijon-Amiens interrompu quelques minutes après des cris racistes

Ligue 1: Dijon-Amiens interrompu quelques minutes après des cris racistes
Taille du texte Aa Aa

Le match de la 32e journée du championnat de France entre Dijon et Amiens a été interrompu plusieurs minutes en raison de cris racistes visant le capitaine amiénois Prince Gouano, vendredi soir à Dijon.

Dans un communiqué, la Ligue de football professionnel (LFP), qui a condamné les "insultes racistes", a indiqué qu'elle allait "étudier les suites judiciaires à donner" à ces incidents.

"Dès ce soir, le club de Dijon a identifié l'auteur des insultes racistes qui a ensuite été interpellé", a ajouté la LFP, tandis que la commission de discipline "se saisira du dossier" mercredi.

Après 77 minutes de jeu, le défenseur et capitaine d'Amiens a commencé à quitter le terrain en lançant vers son banc de touche: "C'est fini on joue plus, je ramène mes coéquipiers, on rentre dans le vestiaire."

Les joueurs se sont alors arrêtés de jouer et certains, dont Prince Gouano, sont allés parler aux supporters dijonnais avant de revenir sur le terrain.

Après plusieurs minutes de flottement et une discussion entre les entraîneurs des deux équipes, Antoine Kombouaré et Christophe Pélissier, et l'arbitre du match Karim Abed, ce dernier a demandé au speaker du stade: "Faites bien passer le message, si ça reproduit on arrête."

"On est au XXIe siècle, c'est inadmissible. C'est pourquoi j'ai voulu marquer le coup en demandant d'arrêter le match. On est tous égaux, on est tous des êtres humains", a déclaré Prince Gouano au micro de beIN Sports dès la fin du match.

Réagissant à cet incident, l'entraîneur d'Amiens Christophe Pélissier a dit espérer des sanctions "contre la personne qui a fait ça". "Depuis le banc de touche, je n'ai rien entendu, puis Prince Gouano est venu dire qu'il avait entendu des cris de singe", a-t-il encore expliqué.

Le président de Dijon Olivier Delcourt a déclaré que le club allait porter plainte "contre l'individu qui a fait cette chose inadmissible". "Ce qui est arrivé est très grave", a-t-il ajouté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.