Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Algérie : des hommes d'affaires proches du pouvoir inquiétés par la justice

Algérie : des hommes d'affaires proches du pouvoir inquiétés par la justice
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils comptent parmi les hommes les plus puissants d’Algérie, les frères Kouninef ont été arrêtés dimanche par la gendarmerie algérienne, selon une information diffusée par la télévision publique A3.

D’après le site d’information TSA (Tout sur l’Algérie), ils ont été interpellés dans le cadre d’une enquête sur la conclusion de marchés publics avec l’Etat, trafic d’influence avec des fonctionnaires publics, détournement de foncier. Il devrait être déférés devant le procureur.

Karim, Reda, Abdelkader et Tarek Kouninef sont à la tête d’un empire qui va de l’agroalimentaire au génie civile pétrolier. Ils sont réputés très proches de Saïd Bouteflika, l’influent frère de l’ancien président, dont il était le conseiller jusqu’à sa démission forcée et son placement en résidence surveillée le 2 avril.

Rebrab, première fortune d'Algérie

Autre figure de premier plan des milieux d’affaires algériens, Issad Rebrab, aurait lui aussi été arrêté. Toujours d’après la télévision publique, le PDG de Cevital, est accusé de fraude dans le cadre du projet Evcon. Une arrestation démentie à plusieurs reprises sur le compte Twitter d’Issad Rebrab. Il dit s’être rendu de lui-même à la gendarmerie.

D’après le classement du magazine Forbes, Rebrab est l’homme le plus riche d’Algérie et le sixième plus riche du continent africain. Sa fortune est estimée à quatre milliard de dollars.

Le chef d'état-major de l'armée, le général Gaïd Salah, avait appelé le 16 avril la justice à "accélérer la cadence" dans les enquêtes ouvertes pour corruption contre des hommes d'affaires liés à l'ancien clan présidentiel.

Début avril, l'ex-patron des patrons algériens, Ali Haddad, riche homme d'affaires, également proche du clan Bouteflika, avait été écroué après avoir été arrêté alors qu'il se rendait en Tunisie. Il avait été arrêté en possession de devises non déclarées et de deux passeports, une infraction selon la législation algérienne.

Elle avait également interdit à un certain nombre de personnes de quitter l'Algérie, sans donner de noms, mais la presse avait révélé ceux d'une dizaine d'influents hommes d'affaires, tous liés à l'entourage du chef de l'Etat.

L'Algérie est le théâtre depuis le 22 février de manifestations massives déclenchées par la candidature à un nouveau mandat d'Abdelaziz Bouteflika, qui se sont transformées en contestation de tout le régime.