Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ecosse : un 2ème référendum sur l'indépendance d'ici à 2021

La Première ministre écossaise N. Sturgeon devant le parlement à Edimbourg
La Première ministre écossaise N. Sturgeon devant le parlement à Edimbourg -
Tous droits réservés
REUTERS/Russell Cheyne
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Écossais pourraient retourner aux urnes pour un nouveau référendum sur l'indépendance.

C'est en tout cas le souhait exprimé par la Première ministre Nicola Sturgeon.

"Un choix entre le Brexit et un avenir pour l'Ecosse en tant que nation indépendante européenne doit être proposé pendant le mandat de ce Parlement", a-t-elle indiqué ce mercredi aux parlementaires écossais. Concrètement, ce vote devrait se tenir d'ici à 2021.

La cheffe du gouvernement compte proposer "prochainement" un projet de loi dans ce sens.

Le 1er référendum de 2014

En septembre 2014, les électeurs avaient déjà eu l'occasion de s'exprimer sur le sujet. Et le "Non" à l'indépendance l'avait emporté à 55%.

Mais ce qui a changé depuis, c'est le vote sur le Brexit en 2016. Les Écossais ont majoritairement voté contre (62%) contrairement au Royaume-Uni, qui a voté dans son ensemble à 52% pour le divorce. Les Ecossais ont donc le sentiment d'être aujourd'hui embarqués dans un processus de sortie de l'Union européenne. Ce dont ils ne veulent pas. D'où l'initiative de la Première ministre écossaise.

Réaction de Londres

Dans une première réaction, le porte-parole de la Première ministre britannique a regretté cette initiative, rappelant que les Écossais avait déjà exprimé leur choix sur ce sujet en 2014, et qu'il convenait de respecter ce choix.

REUTERS/Russell Cheyne
Drapeaux britannique, écossais et européen à l'ext. du parlement écossaisREUTERS/Russell Cheyne

- AFP -