DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le cyclone Fani a touché terre en Inde, au moins 2 morts

Les vents violents du cyclone Fani
Les vents violents du cyclone Fani -
Tous droits réservés
AMAN PRATAP SINGH/via REUTERS
Taille du texte Aa Aa

Le cyclone Fani a touché ce vendredi matin la côte est de l'Inde. Il est considéré comme l'un des cyclones les plus puissants de ces dernières années dans l'Océan Indien : des vents à près de 200km/h, une mer déchaînée, de fortes précipitations qui font craindre des inondations.

Ce vendredi matin, les autorités parlaient d'au moins 2 morts. Un bilan encore très provisoire.

Au regard des images sur place, les dégâts risquent d'être importants, notamment dans l'Etat de l'Odisha.

Le cyclone a d'abord touché la ville côtière de Puri, à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale de l'Etat d'Odisha, Bhubaneshwar. Puri est une ville célèbre parce qu'elle abrite le temple de Shree Jagannath, l'un des plus sacrés de l'hindouisme, qui accueille des millions de pèlerins chaque année.

"Souvent, les habitants refusent d'être évacués"

Ned Donovan est journaliste, spécialiste de l'Asie du Sud-est, au Mail on Sunday. Interrogé par euronews, il a expliqué qu'en Inde, "les habitants refusent souvent d'être évacués dans ce genre de situation. Ils vivent dans des habitats précaires, à la campagne, dans des zones où il y a peu d'infrastructures et de bâtiments en dur. Ce sont souvent des familles nombreuses, avec des personnes âgées qui vivent là".

Pour autant, les autorités avaient accéléré ces dernières heures l'évacuation des personnes menacées. Plus d'un million d'habitants de la côté Est étaient ainsi appelés à quitter leur foyer. 800 000 environ sont déjà à l'abri dans des zones sûres.

Selon les services indiens de météorologie, la tempête devrait être la plus forte dans la région depuis 20 ans, avec des vents allant de 180 à 200 km/h :

"Nous essayons simplement d'éviter le plus grand nombre de victimes humaines, nous ouvrons des centres d'accueil et les fonctionnaires organisent tout, prévoient le lait, tout ce dont les gens peuvent avoir besoin dans les centres d'accueil", explique un élu local Bendalam Ashok.

Plus de 3 000 centres d'accueil ont été mis en place dans des écoles et des bâtiments publics. Les autorités indiennes se tiennent aussi prêtes à larguer des dizaines de milliers de paquets de nourriture déshydratée si nécessaire.

REUTERS/Rupak De Chowdhuri
Voyageurs coincés en gare à KolkataREUTERS/Rupak De Chowdhuri

Après l'état d'Odisha, le cyclone Fani est aussi attendu dans l'Etat du Bengale-occidental et devrait atteindre le Bangladesh ce samedi. Le pays est lui aussi en état d'alerte maximale.