Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : ces pays de l’UE qui endiguent les populistes

Le Premier ministre portugais Antonio Costa
Le Premier ministre portugais Antonio Costa -
Tous droits réservés
REUTERS/Pedro Nunes - A girl holds a carnation during a march marking the Carnation Revolution's 43rd anniversary in Lisbon, Portugal April 25, 2017
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement socialiste portugais est un cas d'étude universitaire. En quatre ans le Premier ministre Antonio Costa a renversé les mesures d'austérité avec le soutien de deux partis de gauche radicale. Le taux de chômage est à 6% et l'économie progresse plus vite qu'en Allemagne.

Pedro Marques tête de liste des socialistes portugais

Pour Pedro Marques, tête de liste des socialistes au Portugal, il faut avant tout renforcer le modèle social européen. "Les inégalités n'ont cessé de progresser depuis la création de l'euro et cela a été pire avec la crise financière et les mesures prises" pour y répondre, explique-t-il.

En plus de la crise économique, la question migratoire participe à la montée de l'extrême droite. Mais certains soulignent que dans ces quatre pays ce dossier n'est pas un problème, c'est au contraire un atout. "Malte à sa propre culture méditerranéenne mais c'est un lieu de commerce, d'échange, qui a toujours été ouvert aux influences pour survivre. De même, le Luxembourg est devenu de plus en plus riche et cherche des travailleurs pour soutenir son économie. L'Irlande et le Portugal sont des pays avec une histoire d'émigration et depuis les gens sont revenus en Irlande et au Portugal pour construire leur économie", précise l’analyste politique d’APCO Worldwide, Nicholas Whyte.

L'analyste politique Nicholas Whyte

Malgré tout, des sentiments xénophobes existent dans ces Etats mais ces projets politiques ne sont pas portés par des leaders charismatiques. Au Portugal le commentateur sportif Andre Ventura mène la liste Basta! (Assez !). En Irlande l'homme d'affaire Peter Casey ne s'excuse pas lorsqu'il se décrit lui-même comme quelqu'un de raciste. Ces quatre pays réunis comptabilisent au total 44 sièges au Parlement européen sur 751. Leur capacité d'influence est en fait plus grande à la Commission européenne et au Conseil, l’instance qui représente les Etats membres.

Brèves :

  • La justice de l’UE déboute Marine Le Pen

La justice européenne rejette le pourvoi déposé par la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen. Les juges confirment donc la demande du Parlement européen d'obtenir le remboursement de près de 300 000 euros auprès de l'ancienne eurodéputée pour emploi douteux d'une assistante parlementaire. La présidente du Rassemblement national assure avoir fourni les preuves de travail de sa collaboratrice.

  • L’AfD menacée à Berlin

Le parti d'extrême droite Afd, Alternative pour l'Allemagne, change ses plans à Berlin pour la soirée électorale du 26 mai. Cette décision n'est pas une anticipation d'un mauvais résultat lors du scrutin européen, ce sont des raisons de sécurité qui ont poussé les responsables du groupe à faire ce choix. L'opérateur, sa famille et des employés ont reçu des menaces par téléphone.

  • Connaître le parfum d’un scandale

Voulez-vous goûter à un vrai scandale? Un journal autrichien propose un week-end à Ibiza dans la villa où a été tournée la vidéo en caméra cachée qui a scellé le sort du leader d'extrême droite Heinz-Christian Strache. Les révélations sur un accord de corruption avec un intermédiaire russe ont entrainé sa démission au poste de vice-chancelier et avec lui la chute du gouvernement. Des élections législatives anticipées auront lieu en septembre.