DERNIERE MINUTE

De Marta à Fatma Samoura, les onze femmes à suivre dans le foot

De Marta à Fatma Samoura, les onze femmes à suivre dans le foot
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La star brésilienne Marta, la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre, ou encore la secrétaire générale de la Fifa Fatma Samoura: voici le onze type du foot féminin dans le monde, des joueuses, aux sélectionneuses, en passant par les dirigeantes, alors que le Mondial féminin 2019 débute vendredi.

. Joueuses

Ada Hegerberg (Norvège), Wendie Renard (France), Stephanie Labbé (Canada), Megan Rapinoe (USA), Alexandra Popp (Allemagne), et Marta (Brésil):

Le premier Ballon d’Or féminin de l’histoire sera la grande absente du Mondial cet été à cause d’un conflit avec la sélection norvégienne depuis le fiasco de l’Euro-2017.

Dommage pour le spectacle, tant Ada Hegerberg, 23 ans, survole son sport, à l’image de son triplé réalisé en seize minutes avec Lyon lors de la finale de la Ligue des champions contre Barcelone (4-1). Son 4e trophée européen. Mais la star sera tout de même présente comme consultante sur TF1 et sa filiale TMC pendant le Mondial.

Et sur le terrain, il y aura malgré tout le gratin de la discipline à l’image de la star brésilienne Marta, élue six fois meilleure joueuse du monde.

La N.10 de la Seleçao (33 ans) tentera une nouvelle fois de décrocher le titre suprême avec son pays. Cinq fois champion du monde chez les hommes, le Brésil a obtenu pour meilleur résultat lors d’un Mondial féminin une place de finaliste en 2007.

Elle a également remporté deux médailles d’argent olympiques, à Athènes-2004 et Pékin-2008.

. Arbitre

Stéphanie Frappart (France):

A l’occasion du match Amiens-Strasbourg en avril dernier, la trentenaire (35 ans) est devenue la première arbitre centrale femme à officier dans un match de Ligue 1.

Seule femme à occuper ces fonctions dans le foot masculin professionnel en France depuis 2014 en Ligue 2, Frappart sera également au sifflet lors de la Coupe du monde féminine.

. Sélectionneuse

Corinne Diacre (France):

Réputée pour son exigence, la sélectionneuse française (44 ans) a la délicate mission d’apporter enfin un grand titre à l‘équipe de France, pour la Coupe du monde, qui se jouera à domicile.

L’ancienne capitaine des Bleues (121 sélections) est devenue la première femme à entraîner une équipe professionnelle masculine à Clermont (Ligue 2), avant de prendre les commandes de l‘équipe de France féminine en août 2017.

. Présidente de club

Amaia Gorostiza (Eibar/Espagne):

La dirigeante espagnole (52 ans) est présidente de Eibar depuis 2016, un club en première division espagnole masculine. Entrepreneure aguerrie, elle fait partie des conseils d’administration de trois entreprises.

Première femme présidente de l’histoire du club basque en 80 ans, Gorostiza est réélue présidente en juin 2017 avec pratiquement trois quarts des votes (Eibar compte un peu plus de 11.000 actionnaires).

. Dirigeantes

Fatma Samoura (Fifa):

Diplômée en langues, entrée très tôt à l’ONU, où elle gère notamment le Programme alimentaire, la diplomate sénégalaise (56 ans) est nommée en mai 2016 à la surprise générale par Gianni Infantino, au poste de secrétaire générale de la Fifa, N.2 de l’instance.

Première femme à ce poste, elle fait notamment du développement du football féminin son crédo. “Aujourd’hui, le foot masculin, ça paie, et le foot féminin, ça coûte. Ça devrait payer et ça va payer”, répète-t-elle régulièrement. 

Brigitte Henriques (France):

Inconnue du grand public, la vice-présidente de la Fédération (48 ans) est la VRP du foot féminin en France et la grande artisane de l’organisation du Mondial féminin.

L’ancienne internationale et professeure d‘éducation physique a porté depuis 2014 la candidature française. Pas une réunion majeure ni un déplacement stratégique sans elle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.