DERNIERE MINUTE

Bleus: un après-Mondial sans décompression malgré deux "trous noirs"

L'entraîneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, avant le match de qualification à l'Euro 2020 face à Andorre, à La Vella, le 11 juin 2019
L'entraîneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, avant le match de qualification à l'Euro 2020 face à Andorre, à La Vella, le 11 juin 2019 -
Tous droits réservés
FRANCK FIFE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pas de décompression, du renouvellement par petites touches, mais deux sommets manqués à Rotterdam et Konya: l’An 1 des champions du monde français laisse un goût d’inachevé, même s’ils restent bien placés pour une qualification à l’Euro-2020, l’objectif N.1 de Didier Deschamps.

- Bilan sportif mitigé /p>

Les lendemains de fête sont toujours difficiles et le sélectionneur l’avait rabâché à ses joueurs, lui qui avait connu les joies d’un Mondial-98 gagné et la déprime d’une reprise manquée en Autriche (2-2) et en Islande (1-1) il y a vingt ans.

La bande à Paul Pogba et Antoine Griezmann a fait mieux pour sa rentrée des classes, tenant tête aux Allemands à Munich (0-0) avant d’administrer une leçon d’efficacité à la prometteuse équipe des Pays-Bas (2-1) pour son retour au Stade de France.

Mais la suite s’est avérée plus compliquée, comme le bilan post-Mondial le prouve: sur les 11 matches joués, les Bleus comptent 7 victoires, 2 matches nuls et 2 défaites.

“Les saisons post Coupe du monde ne sont jamais évidentes, on a plutôt bien géré” malgré “deux trous noirs, deux trous d’air” aux Pays-Bas et en Turquie, a résumé Deschamps mardi soir. Problème: ces matches coûtaient cher.

Le premier face aux Pays-Bas (défaite 2-0) a privé les Bleus d’un ticket pour le “Final Four” de la Ligue des nations. Le second, aussi à l’extérieur et sur le même score, leur a provisoirement fait perdre la tête du groupe H qualificatif à l’Euro.

Ces revers sont autant de mauvais signaux envoyés à la concurrence. D’autant qu‘à Rotterdam et à Konya, les Bleus se sont montrés totalement apathiques après le premier but encaissé.

La seule fois où ils se sont rebellés, c‘était contre l’Islande (2-2) en octobre. Mais il s’agissait d’un match amical et le “happy end” portait la marque d’un seul homme: Kylian Mbappé, entré à l’heure de jeu, avait permis de remonter deux buts d‘écart presque à lui tout seul.

Mardi soir après le dernier match gagné en Andorre (4-0), Deschamps restait positif. En Ligue des nations “on a fait le maximum, on a fini à égalité” avec les Pays-Bas, qualifiés au goal average particulier. Le match à Konya “était important, pas décisif”, et la France retrouve la première place dans la course à l’Euro, à égalité de points avec l’Islande et la Turquie. “Il va falloir batailler mais on est sur notre tableau de marche”, dixit le sélectionneur.

Des nouvelles têtes –

Depuis le sacre en Russie, Deschamps a ouvert les portes de l‘équipe de France par petites touches, au gré des blessures (Hernandez, Kimpembe, etc.) ou des baisses de forme (Rami, Payet, Fékir, Nzonzi…). Si son équipe-type a peu bougé, le casting des remplaçants a évolué. Les Lyonnais Tanguy Ndombélé et Ferland Mendy sont arrivés en octobre pour ne plus repartir; Alassane Pléa a passé une tête en novembre; Clément Lenglet, Léo Dubois et Mike Maignan ont débarqué en juin chez les Bleus, que Wissam Ben Yedder a retrouvés après un an d’absence.

“Le groupe a été régénéré aussi, il y en a certains après la Coupe du monde qu’on a un petit peu perdu de vue, pour différentes raisons”, résume Deschamps. Chez les gardiens, le sélectionneur a fait des choix marquants: Steve Mandanda, exfiltré en juin, a perdu sa place de N.2 au profit d’Alphonse Areola (3 sélections depuis septembre). Maignan, le portier de Lille, a chipé la 3e place à Benjamin Lecomte.

“J’ai conscience du privilège que j’ai, je dois choisir dans la qualité”, a apprécié Deschamps depuis la salle de presse d’Andorre. Ne choisir que 23 joueurs à chaque rassemblement, “ce n’est pas évident, mais tant mieux. Ca doit bouillir aussi en interne”.

Aux journalistes qui lui reprochent parfois de maintenir des champions du monde en difficulté, à l’image de Benjamin Pavard, il a répondu: “Certains ont un vécu, mais ce n’est pas pour autant des acquis. Qu’ils y en aient d’autres qui viennent bousculer cette hiérarchie comme vous aimez bien l’appeler, ça fait partie de l‘évolution de l‘équipe de France aussi”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.