Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Deux pétroliers attaqués et incendiés dans le golfe d'Oman

Deux pétroliers attaqués et incendiés dans le golfe d'Oman
Tous droits réservés
REUTERS/FILE PHOTO
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les équipages de deux pétroliers ont été évacués jeudi après avoir lancé des appels de détresse, à la suite d'un nouvel incident dans le Golfe, en mer d'Oman, qui a fait bondir les prix sur les marchés pétroliers.

Ce nouvel incident, le second en un mois impliquant la navigation dans ce passage maritime stratégique, survient à un moment detensions accrues entre Téhéran et Washington, qui a accusé l'Iran d'être derrière le premier incident de mai.

l'Iran juge très suspectes les "attaques" en pleine visite d'Abe à Téhéran

"Le mot suspicieux ne suffit pas à décrire ce qui transpire apparemment" de ces "attaques" contre des "tankers liés au Japon survenues alors que le Premier ministre (japonais) rencontrait" le Guide suprême iranien à Téhéran, écrit Mohammad Javad Zarif sur Twitter. L'un des deux navires, le Kokaku Courageous, appartient en effet à une compagnie japonaise.

Abbas Moussavi, porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, a exprimé lui aussi sur Twitter son "inquiétude" à propos de ces "incidents suspects" et de leur concommitance avec la visite de M. Abe, premier chef de gouvernement japonais à se rendre en Iran depuis 1978.

"Je vois cela comme allant à l'encontre des approches et des efforts régionaux et (internationaux) en vue de réduire les tensions dans la région", a ajouté M. Moussavi.

Les deux équipages sains et saufs en Iran

"Quarante-quatre marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine (iranienne) de la province d'Hormozgan (sud de l'Iran, NDLR) et transférés au port de Bandar-é Jask", a écrit l'agence Irna.

Selon cette même source, le premier "accident" a eu lieu à 8h50 (4h20 GMT) à 25 milles nautiques de Bandar-é Jask, à bord d'un navire battant pavillon des îles Marshall, et transportant une cargaison d'éthanol, ou naphtha, chargée au Qatar et à destination de Taïwan.

"Une heure plus tard, à 9h50, le deuxième navire a pris feu à 28 milles nautiques de Bandar-é Jask", a ajouté l'agence officielle. Irna fait état d'informations de presse selon lesquelles ce deuxième navire transportait du méthanol chargé dans un port saoudien et à destination de Singapour.

La Ve Flotte a précisé dans un communiqué être au "courant d'une attaque signalée contre des pétroliers dans le Golfe d'Oman". "Des forces navales américaines dans la région ont reçu deux appels de détresse distincts, à 6h12, heure locale, et un second à 7 heures, heure locale", a-t-elle ajouté.

Les prix du pétrole bondissent

Les cours du pétrole ont brusquement grimpé après l'annonce d'un "incident" en mer d'Oman par un service d'information sur la navigation commerciale géré par la Royal Navy britannique.

Les prix du pétrole ont gagné 3% jeudi au début des échanges européens, les opérateurs s'inquiétant de la situation dans le Golfe après les informations sur ce nouvel incident.

Une des compagnies de transport maritime parle de "trois explosions"

Selon un communiqué de la Direction norvégienne des affaires maritimes, le pétrolier Front Altair, propriété du groupe norvégien Frontline, a été "attaqué" jeudi matin entre les Emirats et l'Iran, trois explosions ayant été signalées à bord.

La compagnie BSM Ship Management (Singapour) a indiqué qu'il "[suspectait] une attaque" contre un de ses navires, le Kokuka Courageous. Ses 21 membres d'équipage ont abandonné le bateau et ont été secourus.

"Notre équipage a effectué des manoeuvres pour tenter d'échapper aux attaques, mais trois heures plus tard il a été de nouveau attaqué", a déclaré le patron de la compagnie maritime Yutaka Katada devant la presse à Tokyo. "Les membres d'équipage ont estimé qu'il était dangereux de rester sur le bateau et ont utilisé des canots de sauvetage pour s'échapper", a-t-il ajouté.

Au sein de l'équipage de ce bateau, le Kokuka Courageous, une personne a été "légèrement blessée" dans l'incident. Mais "l_e Kokuka Courageous demeure dans la zone et ne risque pas de couler_", a précisé BSM.

La chaîne en anglais de la télévision d'Etat iranienne Press TV avait auparavant signalé sur Twitter que deux pétroliers avaient été visés en mer d'Oman, faisant état de deux explosions consécutives.

Incidents similaires dans la région

Le 12 mai, quatre navires --deux saoudiens, un émirati et un norvégien-- dont trois pétroliers, avaient été endommagés par des "actes de sabotage" attribués à l'Iran par l'Arabie saoudite et les Etats-Unis.

Ce nouvel incident ajoute à la tension dans le Golfe, déjà ravivée par une attaque mercredi, revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, contre un aéroport saoudien.

Vingt-six civils de différentes nationalités ont été blessés dans cette attaque à laquelle Ryad a promis de riposter avec force.