Deuxième nuit de manifestations en Géorgie après l'intervention d'un député russe au Parlement

Deuxième nuit de manifestations en Géorgie après l'intervention d'un député russe au Parlement
Tous droits réservés REUTERS/Irakli Gedenidze
Par Guillaume Petit
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'intervention d'un député russe au Parlement géorgien a provoqué la colère de ces manifestants qui sont descendus dans la rue pour réclamer le départ des autorités pro-russes. Le Kremlin interdit tous les vols à destination du pays.

PUBLICITÉ

Deuxième nuit de manifestations en Géorgie de la part de ceux qui réclament le départ des autorités pro-russes.

Les tensions sont montées d'un cran depuis les heurts qui ont opposé la police aux protestataires dans la nuit de jeudi à vendredi, lors de la première nuit de protestations. 

Vendredi soir, des milliers de personnes sont de nouveau venus dénoncer l'intervention d'un député russe au Parlement de cette ex-république soviétique, survenue plus tôt cette semaine.

De quoi hérisser les poils de ces Géorgiens, pour qui la Russie est un "occupant".

Les échauffourées ont fait près de 250 personnes blessées. Une crise qui a provoqué la démission du président du Parlement géorgien.

"Provocation russophobe"

Le Kremlin, lui, parle de "provocation russophobe". Et Vladimir Poutine a décidé de suspendre tous les vols russes à destination de la Géorgie.

La Géorgie s'était déjà opposée à Moscou en août 2008 lors d'une guerre, brève. L'armée russe était alors intervenue sur le territoire géorgien pour voler au secours de l'Ossétie du sud, territoire séparatiste pro-russe.

En cinq jours seulement, l'armée géorgienne avait été vaincue et un accord de paix avait été trouvé, sous la médiation du président français de l'époque, Nicolas Sarkozy.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Front uni contre Bidzina Ivanichvili en Géorgie

Salomé Zourabichvili : "Les Géorgiens ne veulent pas devenir Européens, ils le sont déjà"

Les vols entre Moscou et Tbilissi suspendus par la Russie