Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le double attentat de Tunis revendiqué par Daech

Le double attentat de Tunis revendiqué par Daech
Tous droits réservés
Diritti d'autore: REUTERS/Zoubeir Souissi
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le groupe Etat islamique a revendiqué le double attentat suicide dans la capitale tunisienne. Une revendication transmise par l'agence de propagande de Daech, Amaq. Un policier a été tué et 8 personnes ont été blessés jeudi à la mi-journée. Le premier attentat a eu lieu sur l'avenue de France en plein cœur de Tunis. Une demi-heure plus tard, un kamikaze s'est fait exploser devant une entrée du complexe de Gorjani, où sont rassemblés des services de la Garde nationale, de la police judiciaire et des services d'enquête antiterroriste.

Des passants se sont évanouis sous le choc et de nombreux commerces et administrations ont baissé leurs rideaux. Puis la colère a éclaté :

"Je vous jure que ces agresseurs ne vont pas réussir leur coup, les forces de sécurité sont notre point fort, l'Etat restera debout avec ses hommes."

"Ce qui s'est passé aujourd'hui, c'est le résultat de la politique de ceux qui nous gouvernent, des députés du parlement...".

Cette double attaque fait resurgir le spectre de la violence dans le pays 4 ans après une série d'attaques djihadistes et pourrait faire fuir à nouveau les touristes, un secteur économique clé de nouveau en plein essor. Le gouvernement se veut rassurant :

"Je m'adresse aux touristes passez de bonnes vacances, venez en Tunisie , il n'y aucun problème, la Tunisie c'est un pays qui combat ce fléau du terrorisme, qui sécurise toutes les zones touristiques, comme d'habitude, comme elle l'a fait hier depuis 2015", a expliqué le ministre du tourisme René Trabelsi.

Le gouvernement tunisien continue d'envoyer un message de stabilité moins de 5 mois avant les prochaines élections parlementaires et présidentielle. Même si ce même jour, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a été hospitalisé après un malaise. Elu en 2014 et âgé de 92 ans, il est dans un état critique mais stable.

Le rôle de ce président dans la transition politique depuis le printemps arabe de 2011 a été primordial épargnant au pays les violences après la chute de Ben Ali.