Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ursula von der Leyen, "une battante pour l'Europe"

Ursula von der Leyen, "une battante pour l'Europe"
Tous droits réservés
REUTERS/Vincent Kessler
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ursula von der Leyen aura-t -elle convaincu les eurodéputés ? Se présentant comme une battante qui fera tout pour faire entendre la voix d'une Europe forte, unie, plus juste et plus écologique, la candidate désignée par les Etats membres au poste de présidente de la commission européenne s'est s'exprimée devant les élus du Parlement européen ce mardi à Strasbourg.

Elle a présenté ses engagements politiques dans un discours d'une demi-heure. Environnement, économie, social, égalité homme-femme, éducation, état de droit, immigration, elle a parcouru les grands axes de la politique européenne. Elle a précisé avoir pris le temps d'écouter les députés européens ces treize derniers jours pour bâtir son programme.

Revoir le discours d'Ursula von der Leyen :

[Live] Ursula von der Leyen face aux eurodéputés

La ministre allemande de la Défense affronte ce mardi les votes des eurodéputés au parlement de Strasbourg. Pour succéder à Jean-Claude Juncker, cette proche d'Angela Merkel doit obtenir la majorité absolue soit 374 voix.

Publiée par Euronews en français sur Mardi 16 juillet 2019

Applaudie par une partie de l'hémicycle, elle a ensuite répondu aux questions des chefs de groupes politiques, et c'est ce soir, que tous les députés décideront de son sort à bulletins secrets. Un vote couperet car il n'offre pas de seconde chance.

La ministre allemande de la Défense, proche d'Angela Merkel, doit obtenir 374 voix.

Si elle obtient la majorité absolue, Ursula von der Leyen sera la première femme à prendre la tête de la Commission et le premier citoyen allemand depuis 52 ans.

Si elle échoue, elle n'aura pas le droit à une seconde chance. Le Conseil européen aurait alors un mois pour présenter un nouveau candidat, qui serait soumis au vote du Parlement en septembre. Mais cela risquerait d'enfoncer davantage l'Union européenne dans une crise institutionnelle, alors même que la question du Brexit n'est toujours pas close.

Sur ce dossier Ursula von der Leyen a d'ailleurs déclaré qu'elle ne s'opposerait pas à un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni. Une déclaration que les députés eurosceptiques britanniques n'ont d'ailleurs pas vraiment apprécié.