Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Finlande : des prisons "ouvertes" pour réinsérer les détenus

Finlande : des prisons "ouvertes" pour réinsérer les détenus
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Finlande, les prisons ouvertes sont tournées vers la réinsertion des détenus.

Sur l'île de Suomenlinna, à Helsinki, il y a une prison "ouverte". Elle offre un système de transition progressive vers la liberté. Le gouvernement finlandais affirme que le pays a la population carcérale la plus faible d'Europe : 103 pour 100 000 habitants; quand la moyenne européenne est de 318.

Marko purge sa quatrième peine d’une durée de quatre ans. Son rêve est de devenir entraîneur. Il a maintenant un plan personnalisé pour traiter sa toxicomanie et accélérer sa réinsertion.

"C'est complètement différent d'une prison fermée où vous attendez simplement que votre peine prenne fin. Dans une prison ouverte, vous faites plein de choses. Je travaille et étudie tous les jours", ditMarko Karjalainen, un détenu à la prison ouverte de Suomenlinna.

Un détenu coûte 149 euros par jour

30% des détenus finlandais purgent leur peine dans des prisons ouvertes, ce qui constitue une solution au problème de la surpopulation et de la radicalisation dans les prisons. C'est aussi moins cher : un jour de prison en Finlande coûte 213 euros à l'État, et seulement 149 euros dans les prisons ouvertes. Cette prison a 100 détenus et un budget annuel de 4,2 millions d'euros.

«C’est moins cher parce que nous avons beaucoup moins de personnel dans les prisons ouvertes. Les prisonniers sont également très actifs : ils nettoient les chambres, préparent la nourriture, etc. Nous n’avons donc pas besoin de beaucoup de personnel. Aussi, comme nous avons un système de surveillance électronique pour chaque prisonnier, nous ne disposons que de cinq gardiens de prison à la fois", explique Sinikka Saarela, la directrice de la prison ouverte de Suomenlinna.

Les mesures alternatives de détention étaient au cœur des débats menés par les ministres européens de la Justice à Helsinki, en Finlande.