PUBLICITÉ

14 pays d'Europe solidaires pour se répartir les migrants

14 pays d'Europe solidaires pour se répartir les migrants
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A Paris, 14 pays européens ont donné leur accord pour mettre en oeuvre un "mécanisme de solidarité" visant à se répartir les migrants secourus en Méditerranée. Sur le principe, 14 États-membres à ce stade ont donné leur accord sur le document franco-allemand. Parmi ces 14, huit de manière active.

PUBLICITÉ

Avec AFP

Quatorze pays européens ont donné leur accord, dont huit "de manière active", pour mettre en oeuvre un "mécanisme de solidarité" visant à se répartir les migrants secourus en Méditerranée, a annoncé lundi Emmanuel Macron. Le président français a reçu à l'Élysée le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR) Filippo Grandi et le directeur général de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) Manuel de Carvalho Ferreira Vitorino.

Les huit pays "actifs" sont la France, l'Allemagne, le Portugal, le Luxembourg, la Finlande, la Lituanie, la Croatie et l'Irlande, a indiqué l'Élysée, sans préciser le nom des six autres.

Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, a qualifié de "flop" cette réunion qui a, selon lui, "réaffirmé que l'Italie devrait continuer à être le camp de réfugiés de l'Europe".

L'objectif de cette réunion était, selon une source proche du dossier, "de trouver en septembre à Malte un accord avec une dizaine de pays, entre 12 et 15, sur un mécanisme permettant d'assurer plus d'efficacité et plus d'humanisme dans les débarquements de migrants en Méditerranée".

Sous l'impulsion de Paris et de Berlin, les ministres ont planché sur une "coalition de (pays) volontaires" qui s'engageraient à systématiquement se répartir l'accueil des personnes secourues, sans avoir à engager de pénibles négociations après chaque sauvetage.

Ce mécanisme prévoit de répartir "aussi vite que possible" les personnes demandant l'asile dans les pays faisant partie de la "coalition de volontaires", en échange d'une ouverture de leurs ports par l'Italie et Malte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bosnie-Herzégovine : la situation de migrants dans des camps s'aggrave de plus en plus

Les réfugiés du Gregoretti vont enfin pouvoir débarquer

France : à Marseille, le pape dénonce l'"indifférence" et la "peur" face aux migrants