EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

François de Rugy s'estime blanchi par les enquêtes du gouvernement et de l'Assemblée

François de Rugy s'estime blanchi par les enquêtes du gouvernement et de l'Assemblée
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un rapport dédouane l'ancien ministre pour 9 des 12 dîners organisés lorsqu'il présidait l'Assemblée nationale. Mediapart dénonce pour sa part le manque d'indépendance de l'auteur, et qualifie le contrôle de "mascarade".

PUBLICITÉ

"Un homme blanchi", c'est ainsi que s'est présenté François de Rugy, invité hier du 20h de France 2.

L'ancien ministre de la Transition écologique est revenu sur les rapports rendus par l'Assemblée nationale et le gouvernement concernant notamment les repas fastueux, révélés par le site d'information Mediapart.

"Je me présente devant vous et devant les Français qui nous regardent comme un honnête homme. Je vais vous dire, je n'ai jamais douté un instant que je réussirai à prouver mon honnêteté", a déclaré l'ancien ministre, qui a démissionné la semaine dernière à la suite de cette affaire.

"Mascarade"

L'un des rapports dédouane François de Rugy pour 9 des 12 dîners organisés lorsqu'il présidait l'Assemblée nationale. Ces repas sont considérés comme professionnels. Trois dîners de caractère privé sont toutefois épinglés. L'ancien ministre a promis hier de rembourser tous les frais engagés pour ces réceptions.

Lors de son allocution, François de Rugy s'en est vivement pris à Mediapart, fustigeant "des articles mensongers" et "un journalisme de démolition".

Le journal en ligne n'a pas tardé à réagir, dénonçant dans un article le manque d'indépendance de l'auteur du rapport, et qualifiant le contrôle de "mascarade". L'enquête a été effectuée par Michel Moreau, le secrétaire général de l’Assemblée nationale et ancien collaborateur de François de Rugy.

Plusieurs politiques ont également exprimé leurs doutes sur l'impartialité des enquêtes internes, comme la députée écologiste Delphine Bato ou encore l'eurodéputé du Rassemblement national Jordan Bardella.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Louis Arnaud, l'un des quatre otages français en Iran, vient d'être libéré

Législatives en France : l'accord entre Éric Ciotti et le RN confirmé par Jordan Bardella

Débarquement : en Normandie, des tombes illuminées en l'honneur des soldats