Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Il y a 11 ans, la guerre en Géorgie

Il y a 11 ans, la guerre en Géorgie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Géorgie se souvient d'un conflit éclair qui a déchiré le pays : l'invasion russe en Géorgie. C'était il y a 11 ans. Dans la nuit du 7 au 8 août 2008, la Russie vient défendre l'Ossétie-du-Sud et l'Abkhazie, deux régions séparatistes de son petit voisin géorgien.

_ "L'occupation c'est la douleur qui devrait nous unir tous, déclare le Premier ministre géorgien Mamuka Bakhtadze. C'est une douleur et un défi à l'échelle nationale. Je suis confiant : la Géorgie surmontera l'occupation."_

Cette occupation dont parle le Premier ministre, c'est celle des forces russes, qui sont toujours présentes dans les deux provinces rebelles. L'Union européenne a réitéré son soutien à Tbilissi, et condamné les actions de Moscou dans la région :

_ "La fédération russe n'a pas seulement maintenu mais aussi augmenté sa présence militaire en Abkhazie et Ossétie du Sud, en violation des lois internationales et des accords du 12 août 2008, a déclaré le porte-parole Carlos Martin Ruiz De Gordejuela. Le conflit a causé des déplacements traumatisants, coûté des vies et son héritage affecte des générations."_

Le Kremlin nous a expliqué sa position, par écrit :

"L'opération militaire n'avait qu'un but : mettre fin à l'agression de la Géorgie et empêcher la répétition d'éventuelles attaques. L'opération elle même et la façon dont elle a été conduite était proportionnelle à la menace de la Géorgie. Les unités des forces armées russes se sont retirées de la Géorgie à la fin de l'opération militaire."

Conséquence de la guerre de 2008, 23 000 Géorgiens qui vivaient en Ossétie du Sud ont fui leurs maisons. Depuis 11 ans, ils vivent réfugiés dans leur propre pays près de la capitale géorgienne Tbilissi.

"L'histoire de ma vie est restée en Ossétie du Sud, explique Edik, mes ancêtres ont vécu là bas, et je ne peux même pas me recueillir sur leurs sépultures. "

Les combats éclairs d'août 2008 ont fait au moins 800 morts.