Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Réfugiés en Méditerranée : l'Europe perdra-t-elle "son âme, en plus de son coeur" ?

Réfugiés en Méditerranée : l'Europe perdra-t-elle "son âme, en plus de son coeur" ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Avec 121 réfugiés bloqués à son bord, le navire Open Arms vogue toujours sans pouvoir accoster.

Le Parlement européen, par la voix de son président l'Italien David Sassoli , demande ce jeudi à la Commission européenne d'intervenir.

"Si l'Europe ne peut pas protéger ceux qui sont en difficulté en Méditerranée (...), elle aura perdu son âme, en plus de son coeur", déplore le président du Parlement.

En vertu de la nouvelle loi anti-migrants adoptée par l'Italie, l'ONG espagnole risque jusqu'à un million d'euros d'amende si elle décide d'imiter le Sea-Watch 3 et de pénétrer dans les eaux territoriales italiennes.

Après une semaine d'errance en méditerranée, les réserves d'eau et de vivres s'amenuisent, et les humanitaires de l'ONG espagnole lancent un nouveau cri de détresse.

"Au fil du temps, les états d'anxiété et de nervosité augmentent. Nous ne voulons pas atteindre un point où la situation devient incontrôlable. La politique ne peut pas passer avant les gens. Nous réitérons donc une nouvelle fois l’appel d'urgence pour disposer d’un port sûr, où nous pourrons débarquer ces personnes conformément aux accords internationaux", appelle Anabel Montes, chef de mission de l'Open Arms.

Open Arms a saisi le tribunal des mineurs de Palerme, demandant que la trentaine de mineurs - dont de très jeunes enfants - soient autorisés à débarqués et accueillis par des tuteurs.

Ce mercredi, c'est un autre bateau, l'Ocean Viking, qui a lui aussi connu des problèmes de ravitaillement.

Le nouveau bateau de SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières, qui avait quitté Marseille dimanche dernier, n'a pas pu s'arrêter au large de Malte pour faire le plein d'eau et de carburant.

L'Ocean Viking a donc poursuivi son chemin, en réduisant sa vitesse, pour rejoindre la zone des secours. Le coordinateur de la mission de sauvetage a indiqué que le bateau était prêt à accélérer si des embarcations en détresse étaient repérées.