Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Amazonie : sept États brésiliens appellent l'armée pour lutter contre les feux

Amazonie : sept États brésiliens appellent l'armée pour lutter contre les feux
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les feux de forêts en Amazonie ont provoqué une émotion mondiale et ont poussé le président brésilien Jair Bolsonaro à prendre des mesures. Depuis samedi, les gouverneurs des États du Brésil sont autorisés à recourir à l'armée pour lutter contre les incendies qui ravagent la forêt tropicale. Sept d'entre eux ont déjà demandé une assistance des soldats.

1663 nouveaux feux

43 000 hommes basés de manière permanente en Amazonie sont disponibles d'après le ministre brésilien de la Défense qui a déclaré samedi à des journalistes que "toute aide concernant les incendies est la bienvenue".

Alors que l'Institut national brésilien de recherche spatiale fait état de 1663 nouveaux feux déclarés entre jeudi et vendredi, six avions de lutte contre les incendies ont été envoyés sur place, dont deux C-130 Hercules de la Force aérienne brésilienne (FAB), capables de transporter 12.000 litres d'eau. Une brigade de 30 pompiers doit partir de Brasilia dimanche.

L'Amazonie au cœur du G7

Le sort de la plus vaste forêt tropicale de la planète est au cœur du sommet du G7 qui se tient ce week-end à Biarritz en France. Donald Trump et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont proposé leur aide pour lutter contre les incendies. Le président colombien Ivan Duque a appelé la communauté internationale à fournir des moyens pour préserver l'Amazonie.

Cette crise environnementale est telle qu'elle menace de torpiller l'accord commercial UE-Mercosur (Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et Paraguay) signé fin juin après 20 ans de tractations.

Le président français Emmanuel Macron a accusé vendredi Jair Bolsonaro d'avoir "menti" sur ses engagements en faveur de l'environnement et a annoncé que dans ces conditions, la France s'opposait au traité UE-Mercosur.

"Les incendies de forêt existent dans le monde entier et cela ne peut pas servir de prétexte à d'éventuelles sanctions internationales", a répliqué vendredi soir le chef de l'Etat brésilien.

Un peu plus tôt cette semaine, Jair Bolsonaro avait montré du doigt les ONG de défense de l'environnement à propos des "incendies criminels".