Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'ancien oligarque Khodorkovski, héros du documentaire "Citizen k"

L'ancien oligarque Khodorkovski, héros du documentaire "Citizen k"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est l'histoire d'un homme que le régime de Vladimir Poutine a brisé. Mikhail Khodorkovski, l'oligarque le plus riche de Russie en 2003, est le héros d'un documentaire actuellement au Toronto Film Festival.

"Citizen K", comme le K au début de son nom, va à la rencontre de cet homme, qui a atteint les sommets dans les années 90, à la tête de la compagnie pétrolière Ioukos, avant de devenir un des martyrs de l'opposition. Aujourd'hui exilé à Londres, Mikhail Khodorkovski continue à critiquer Vladimir Poutine, avec son association "Open Russia", qui se bat pour la démocratie en Russie.

Le réalisateur Alex Gibney a percé le mystère de cet homme au destin hors du commun :

"Il est extrêmement distant quand vous le rencontrez pour la première fois, d'abord parce qu'il est un peu timide je pense, et puis parce qu'il a une réserve énorme qu'il est difficile de pénétrer. Alors je ne savais pas vraiment quoi penser de lui. Je savais que c'était un mec dur, on dirait qu'il est construit comme un tank. On peut voir dans ses yeux et quand il sourit aussi un certain éclat comme de l'acier. Mais avec le temps, vous sentez qu’il a une sorte de côté tendre et c'est intéressant, cette contradiction."

Après l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, il y a deux décennies, Mikhail Khodorkovski devient de plus en plus critique, évoquant la corruption qui touche les politiciens et les élites.

S'en suit une condamnation de l'oligarque pour fraude fiscale, qui dénonce un procès politique. Il passera 10 ans en prison en Sibérie, de 2003 à 2013, finalement gracié par son ennemi, Poutine.

"La prison m'a complètement guéri de toute ambition liée aux affaires, explique l'ancien oligarque. Parfois je dois faire du business parce que je dois fournir les moyens pour mes projets. Mais je trouve que c’est un travail très ennuyeux et sans intérêt."

Avec "Citizen K", Mikhail Khodorkovski et Alex Gibney espèrent apporter une autre perspective que celle des médias russes, si bien sûr, le film est autorisé en Russie.