L'Argentine s'attaque à la faim et prolonge une loi d'urgence alimentaire

L'Argentine s'attaque à la faim et prolonge une loi d'urgence alimentaire
Par Carmen Menéndezeuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En pleine crise économique, le Parlement argentin approuve une loi d'"urgence alimentaire" destinée à allouer 50% de fonds supplémentaires aux programmes sociaux en faveur des plus démunis.

PUBLICITÉ

C'est l'un des pays d'Amérique Latine où la faim a le plus augmenté en 2018. L'Argentine vient de prolonger jusqu'en 2022 une loi d'urgence alimentaire. Le texte a été votée à l'unanimité par le Parlement. Son objectif : augmenter de 50% les fonds publics consacrés à la lutte contre la faim alors que le pays est aux prises avec une inflation étouffante et une pauvreté croissante.

Cette loi prorogée sous la pression de la rue, a été mise en œuvre en 2002, quand le pays subissait la pire crise de son histoire,

Alors que les soupes populaires fleurissent dans les rues, les cantines sociales sont remplies d'enfants que leurs parents ne peuvent pas nourrir.

"Les enfants ne peuvent pas manger de yaourt ni avoir du lait. Les mères sont obligés de de battre pour demander du lait en poudre car elle ne peuvent pas acheter du lait ou des yaourts" explique Aida Corvalan, propriétaire de la soupe populaire "Las Huellitas".

Au premier trimestre, la pauvreté touchait déjà plus d'un tiers des Argentins. Près de 8% se trouvent dans une situation de dénuement, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas couvrir leurs besoins alimentaires de base.

"Il y a beaucoup d'enfants dans le besoin, beaucoup qui souffrent de dénutrition, qui vont se coucher le ventre vide" explique Elena Escobar.

Et les prix des denrées alimentaires, comme de tous les produits de base, ne cessent d'augmenter. Au cours des 12 derniers mois, l'inflation s'est établie à 54,5 %.

avec Reuters et AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le nouveau président argentin Javier Milei face à une première grève d'ampleur

Argentine : des réformes du droit du travail de Javier Milei suspendues

Javier Miliei annonce que l'Argentine ne rejoindra pas le groupe des BRICS