Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Polémique "blackface" au Canada, Justin Trudeau attaqué en pleine campagne électorale

Polémique "blackface" au Canada, Justin Trudeau attaqué en pleine campagne électorale
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une semaine après le lancement de la campagne des élections législatives au Canada, le premier ministre Justin Trudeau se voit accusé de racisme, rattrapé par une vieille photo prise dans une soirée déguisée en 2001... C'est le magazine américain Time qui a publié ce cliché explosif. Les adversaires de Trudeau comme le chef de l'opposition, le conservateur Andrew Sheer l'a sévèrement attaqué. En Amérique, ce "blackface" est considéré comme une pratique raciste qui renvoie historiquement à la ségrégation :

"J'ai été extrêmement choqué et déçu quand j'ai appris ce qu'avaient fait Justin Trudeau. Maquiller son visage en brun, c'est un acte raciste pur et simple, c'était raciste en 2001, c'est raciste en 2019. Et les Canadiens ont vu quelqu'un avec un complètement manque de jugement et d’intégrité, qui n'est pas digne de gouverner ce grand pays."

Cette photo de Justin Trudeau est insultante a aussi réagi le chef du Nouveau parti démocrate. Jagmeet Singh, de confession sikh, est le premier chef de parti fédéral issu d'une minorité visible. Il a eu cette réaction plus personnelle :

"Voir cette image aujourd'hui... Les enfants, les gens qui ont vu cette image, vont penser à toutes les fois où ils ont été moqués, blessés, frappés, où ils ont été insultés, ils vont se sentir diminuer à cause de ce qu'ils sont. (...) Mais je veux leur dire qu'ils sont aimés."

Après un rassemblement électoral en Nouvelle-Écosse, Justin Trudeau a été interrogé pour savoir si cette photo allait modifier sa campagne, au moment où son parti libéral est au coude-à-coude avec les conservateurs. Trudeau, ardent multiculturaliste et défenseur des minorités, a "demandé aux Canadiens de le pardonner" :

"En 2001, j'étais enseignant à Vancouver, à un gala de fin d'année scolaire, je me suis déguisé avec un costume d'Aladin et je me suis maquillé. Je n'aurais pas dû le faire".

"C'était une erreur (...) quelque chose que je n'aurais pas dû faire. Je regrette profondément. Je suis déçu par moi-même. Je m'excuse profondément. Je suis vraiment désolé", a expliqué le Premier ministre canadien, visiblement affecté, avant d'ajouter "toute ma vie, j'ai travaillé pour créer des opportunités pour les gens, pour lutter contre le racisme et l'intolérance".