Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pologne : les familles, enjeu des législatives de dimanche

Pologne : les familles, enjeu des législatives de dimanche
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une famille heureuse, trois enfants et leur mère dans un parc de Varsovie. A trois jours des élections législatives en Pologne, le parti ultra conservateur au pouvoir Droit et Justice (PiS) compte récolter les fruits de sa politique nataliste.

Chaque mois elle perçoit de l'état une allocation, 115 euros par enfant soir 345 euros au total.

"Je peux ajouter cet argent pour les vacances, je peux acheter quelque chose aux enfants, je peux l'utiliser pour la maison... Il y'a beaucoup de possibilités", témoigne, Ewelina Wolska Knapp, jeune maman.

En Pologne le salaire moyen se situe sous les mille euros. Dans les zones rurales, plus pauvres, le programme baptisé 500 plus, est devenu essentiel pour certaines familles. Dans ces conditions, difficile de donner sa voix à un autre parti que le PiS

_"Il s'agit bien évidemment d'une sorte d'appât, un moyen d'attirer les votants potentiels, car la majorités des habitants ici, y compris ma famille et moi, sommes reconnaissants", reconnaît Karolina Burczyk**. "Nous allons voter pour le parti du droit et de la justice"_**

A l'origine l'allocation était destinée aux couples avec deux enfants mais il y a trois mois, elle a finalement était ouverte à tous. Un message politique fort dans une société très marquée par la religion catholique.

"L'allocation équivaut à une augmentation de 10% si l'on compare au revenu moyen polonais. Depuis le début du programme la pauvreté extrême a chuté d'un cinquième¨", analyse l'envoyé spécial d'Euronews, Oliver Whitfield-Miocic.

Avec une croissance à 5,1% et un taux de chômage au plus bas depuis 30 ans, le PiS surfe sur la bonne santé économique du pays. Mais pour l'opposition, le gouvernement en place depuis 2015 n'a pas de vision à long terme.

"Comme nous le savons tous, tôt ou tard la crise économique frappera l'Europe et la Pologne. Ce gouvernement n'a pas du tout préparé le pays à une crise", prophétise Marin Bosacki, candidat au Sénat de la Plateforme Civique, mouvement d'opposition.

Pas de quoi refroidir les supporters du PiS, donné utra-favori du scrutin de dimanche. Il pourrait rassembler près de 45% des votants. Seule inconnue : parviendra-t-il a obtenir la majorité absolue ?