DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Jean-Luc Mélenchon condamné à trois mois de prison avec sursis

euronews_icons_loading
Jean-Luc Mélenchon condamné à trois mois de prison avec sursis
Taille du texte Aa Aa

Ses protestations n'y auront rien changé. Le président de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a été condamné lundi à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny pour rébellion et provocation lors de la perquisition au siège de son parti en octobre 2018.

La formation politique faisait alors l'objet de deux enquêtes préliminaires : une portant sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017, l'autre sur les conditions d'emploi d'assistants d'eurodéputés de la France insoumise.

Une perquisition à laquelle Jean-Luc Mélenchon s'était opposée avec virulence, bousculant un représentant du parquet et un policier, avant d’appeler ses lieutenants à "enfoncer la porte". Une scène filmée en direct.

"Procès politique"

Depuis, l'ancien candidat à l'élection présidentielle n'a eu de cesse de dénoncer ce qu'il appelle un "procès politique".

"On peut bien me condamner à trois mois avec sursis, c'est à peu près, je ne sais pas, comme si j'avais volé une bicyclette", a déclaré Jean-Luc Mélenchon à la sortie du tribunal. "Tout ça c'est du n'importe quoi. Le pays est à côté de ses chaussures. La justice, la police ; tout ça a été instrumentalisé par le pouvoir politique dans des conditions telles que tout le monde se couvre de ridicule", a-t-il ajouté.

Au procès, douze personnes s'étaient constituées parties civiles, principalement des policiers et des magistrats.

Jean-Luc Mélenchon écope également d'une amende de 8 000 euros, alors que d'autres figures du mouvement, dont un député et un eurodéputé, ont été condamnés à des amendes comprises entre 2 000 et 7 000 euros. En revanche, le député Alexis Corbière est le seul à avoir été relaxé.

A ce stade, les Insoumis n'ont pas décidé s'ils allaient faire appel.