DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Zelensky-Poutine, dialogue russo-ukrainien à Paris après trois ans de gel des négociations

euronews_icons_loading
Zelensky-Poutine, dialogue russo-ukrainien à Paris après trois ans de gel des négociations
Tous droits réservés  Reuters
Taille du texte Aa Aa

"Pas d’élection sous la menace et pas de compromis", voilà le message adressé par des milliers d’Ukrainiens à leur président, ce dimanche à Kiev, alors que le chef d'État ukrainien doit rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine ce lundi à Paris.

Ce sommet sous médiation franco-allemande est destiné à relancer les pourparlers de paix sur l'est de l'Ukraine après trois ans de gel des négociations.

Vladimir Poutine s’est montré réservé sur ses intentions et ses attentes concernant ce sommet au format dit "Normandie". De son côté, le président ukrainien a fait la promesse de ne pas «capituler» face à Moscou. Il va devoir négocier habilement une solution pacifique aux séparatismes en territoire ukrainien des deux républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk. Volodymyr Zelensky a dit vouloir se focaliser sur trois points, : un nouvel échange de prisonniers, la mise en œuvre d'un cessez-le-feu durable, et le démantèlement de tout groupe armé "illégalement" en territoire ukrainien.

"Le président ukrainien est prêt à dialoguer pour la paix, mais cela ne signifie pas qu'il entend répondre à toutes les demandes du Kremlin, contrairement à ce que prétendent de nombreux analystes ukrainiens. Zelensky regarde cet échange avec pragmatisme. Il est prêt à faire quelques compromis, mais sans franchir certaines limites", analyse Alexandr Musiyenko, Directeur de recherches militaires et juridiques à Kiev.

Pour Emmanuel Macron, la rencontre sera aussi l’occasion d’évaluer les chances de relancer des relations russo-européennes, quasi-paralysées depuis l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014. Autre sujet qui pourrait être abordé lors de ce sommet, la question du transit du gaz russe via l’Ukraine vers l’Europe, afin d’éviter une coupure des approvisionnements au Nouvel An.