EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Elections européennes : quelles sont les intentions de vote en Allemagne ?

Les sociaux-démocrates confirment leur lente descente dans les intentions de vote.
Les sociaux-démocrates confirment leur lente descente dans les intentions de vote. Tous droits réservés Markus Scholz/(c) Copyright 2024
Tous droits réservés Markus Scholz/(c) Copyright 2024
Par Euronews avec agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Allemagne, le parti de centre-droit CDU/CSU est en tête des intentions de vote pour les élections européennes. L'extrême droite de l'AfD arrive en deuxième position.

PUBLICITÉ

En vue des élections européennes, les vents conservateurs et de droite qui soufflent sur l'Europe gonflent les voiles de la CDU/CSU en Allemagne, et renforcent l'extrême droite au détriment de la coalition gouvernementale actuelle

Selon le sondage exclusif d'Euronews, les intentions de vote des Allemands fin avril vont vers trois grands partis, la CDU/CSU, l'épine dorsale du Parti populaire européen, l'extrême droite de l'AfD, loin devant les sociaux-démocrates du SPD, dont fait partie l'actuel chancelier Olaf Scholz.

Selon le super sondage d'Euronews, les intentions de vote pour la CDU/CSU a augmenté de mars à avril par rapport aux autres partis traditionnels allemands. L’extrême droite de l’AfD connaît la plus forte croissance. Les sociaux-démocrates confirment eux leur lente descente ainsi que les Verts, le parti de l'actuelle ministre des Affaires étrangères, Annalena Baerbock.

Les libéraux du FDP, le parti de Christian Lindner, Ministre des Finances, sont les seuls de l'actuelle coalition tripartite qui semblent gagner en popularité. Le FDP est une composante de Renew, le groupe libéral du Parlement européen.

Il est trop tôt pour dire si le scandale d'espionnage chinois qui a touché l'assistant de Maximilian Krah, principal candidat de l'AfD aux élections européennes, pourrait avoir un impact négatif. Maximilian Krah est toutefois toujours candidat aux élections européennes.

La forte croissance de la CDU/CSU a donné un coup de pouce à l'actuelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui envisage la possibilité d'une grande coalition de centre-droit avec le groupe des conservateurs au détriment des socialistes et des libéraux. Selon les chiffres paneuropéens disponibles, ce projet semble pour l’instant assez ambitieux.

Du côté de la gauche radicale, l'Alliance Sahra Wagenknecht semble s'essouffler, même si elle dépasse les libéraux du FDP et Die Linke, membre du groupe de gauche depuis plusieurs décennies au Parlement européen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : les théoriciens du complot sont passés du COVID au climat

Présidence de la Commission européenne : les 3 moments clés du premier débat avec les candidats

L'Union européenne doit s'élargir ou faire face à un « nouveau rideau de fer », prévient Charles Michel