PUBLICITÉ

En Iran, l'ayatollah Khamenei blâme les Européens

En Iran, l'ayatollah Khamenei blâme les Européens
Tous droits réservés Office of the Iranian Supreme Leader via AP
Tous droits réservés Office of the Iranian Supreme Leader via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour la première fois depuis huit ans, il a dirigé la grande prière du vendredi à Téhéran et a accusé Paris, Berlin et Londres d'être les « laquais » des États-Unis

PUBLICITÉ

Une foule dense pour la grande prière hebdomadaire à la mosquée Mosalla de Téhéran… Signe des temps, l'ayatollah Ali Khamenei l'a dirigée pour la première fois depuis huit ans. Dans son sermon, le guide suprême d'Iran a évidemment attaqué l'ennemi américain mais il s'en est aussi pris aux Européens, qui ont activé le mécanisme de règlement des différents dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien. Téhéran ayant cessé de respecter ses obligations, cela pourrait à terme conduire au rétablissement des sanctions.

Quand les Américains ont abandonné l'accord sur le nucléaire, j'ai dit à ces trois pays [l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France] qu'ils disaient n'importe quoi et qu'on ne pouvait pas leur faire confiance, qu'ils ne feraient rien, qu'ils ne feraient que servir les intérêts américains. Aujourd'hui, après un an, il est évident que ce sont ni plus ni moins que des laquais des États-Unis.
Ali Khamenei
Guide suprême iranien

Quant à la contestation interne, elle a été minimisée par l'homme le plus puissant du régime, qui assure que le peuple iranien est en faveur de la fermeté et de la résistance.

Nous n'avons pas peur de négocier, mais nous ne négocierons pas avec les Américains. Nous négocierions avec d'autres et nous le ferons en position de force.
Ali Khamenei
Guide suprême iranien

Si la rhétorique est toujours celle de la confrontation, l'ayatollah laisse implicitement la porte ouverte au dialogue en pleine crise avec les États-Unis.

Quelques jours après l'assassinat du général Soleimani, le crash d'un avion ukrainien abattu par l'Iran avec 176 personnes à bord avait choqué à l'étranger et provoqué en interne des manifestations antirégime.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Avion ukrainien abattu : le Canada exige des réponses de l'Iran

Vol PS752 : une erreur "seulement" humaine ?

Iran : la foule se masse à Téhéran pour les funérailles d'Ebrahim Raïssi