DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Procès en destitution de Donald Trump au Sénat : une "mascarade", tacle le président américain

euronews_icons_loading
Procès en destitution de Donald Trump au Sénat : une "mascarade", tacle le président américain
Tous droits réservés  -
Taille du texte Aa Aa

Alors que le procès en destitution de Donald Tump doit formellement débuter Sénat, le président américain dénonce une "mascarade des démocrates" qui vise à tenter de "remporter les élections".

"Faites-le partir". Avec ces banderoles déployées jeudi au Capitole, ces manifestants ont voulu marquer le coup. Une action symbolique appelant à la destitution du président américain Donald Trump.

Dans le même temps, sept élus démocrates de la Chambre des représentants se sont présentés au Sénat pour lire l'acte d'accusation adopté le 18 décembre.

Les parlementaires ont prêté serment devant le chef de la Cour suprême des Etats-Unis, mais le procès au Sénat ne doit formellement débuter que mardi.

Un appel "parfait"

"Ce sera très vite bouclé", a déclaré le Président américain en début de soirée jeudi.

"Je subis une mascarade bidon lancée par les démocrates pour tenter de remporter une élection qu'ils ne vont, espérons-le, pas gagner. Notre pays se porte très bien. Notre pays ne s'est jamais aussi bien porté", a déclaré le président américain.

"Maintenant, ils se sont demandé : qu'est-ce qu'on peut faire ? Et ils ont utilisé un coup de téléphone qui était parfait", a-t-il ajouté.

Ce coup de téléphone en question, c'est celui passé au président ukrainien Volodymyr Zelensky. Les Démocrates accusent le président américain d'avoir utilisé sa position pour demander à l'Ukraine d'enquêter sur les affaires du fils de Joe Biden, concurrent démocrate pour la présidentielle.

"C'est quelque chose d'extrêmement sérieux. Ce n'est pas anodin car il est difficile d'imaginer plus grand renversement de notre démocratie que l'influence de forces extérieures sur des élections à l'intérieur de nos frontières", a déclaré Chuck Schumer, chef de l'opposition au Sénat.

Les Républicains disposent d'une majorité au Sénat. Il faudrait donc la défection d'une vingtaine de sénateurs républicains pour que le président américain soit destitué.

Lors du vote à la Chambre des Représentants, trois Républicains s'étaient joints aux Démocrates.