DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le bilan humain de l'épidémie du coronavirus dépasse celui du Sras

euronews_icons_loading
Passenger are seen from the World Dream cruise ship docked at Kai Tak cruise terminal Hong Kong, Wednesday, Feb. 5, 2020.  (AP Photo/Vincent Yu)
Passenger are seen from the World Dream cruise ship docked at Kai Tak cruise terminal Hong Kong, Wednesday, Feb. 5, 2020. (AP Photo/Vincent Yu)   -  
Tous droits réservés
Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved - Vincent Yu
Taille du texte Aa Aa

Le nouveau coronavirus a fait plus de 800 morts, presque tous en Chine, dépassant désormais le bilan mondial du Sras, selon l'OMS.

Selon le dernier bilan officiel, hors Hong Kong et Macao, la Chine a enregistré plus de 34 500 contaminations et 811 décès causés par le mystérieux virus venu de Wuhan.

Une partie du pays est de facto placée en quarantaine. De leur côté, les autorités de Hong Kong imposent depuis ce samedi deux semaines de confinement à toute personne arrivant en provenance de Chine continentale.

Pour freiner l'épidémie, le Japon et Hong Kong ont consigné des milliers de personnes sur deux navires de croisières où des voyageurs sont malades.

Michael Ryan, directeur des programmes d'urgence de l'OMS : "Toute personne malade ou testée positive a été prise en charge, mais nous veillons également à ce que les personnes laissées à bord des navires puissent descendre le plus rapidement possible et à ce que les protocoles et les algorithmes puissent fonctionner, afin d'éviter que des personnes ne restent trop longtemps dans cette situation."

En tout, plus de 7 000 voyageurs et membres d'équipage sont confinés à bord de ces deux navires alors qu'un troisième a été interdit d'accoster au Japon.

En raison de l'épidémie, les touristes sont, cette année, moins nombreux au festival des Lanternes de Taipei qui marque la fin des célébration du Nouvel an chinois.

Taïwan est à moins de 200 km de la Chine et compte 17 personnes contaminées par le coronavirus.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.