DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La réforme des retraites arrive à l'Assemblée en France : plus de 41 000 amendements déposés

euronews_icons_loading
La réforme des retraites arrive à l'Assemblée en France : plus de 41 000 amendements déposés
Tous droits réservés  x
Taille du texte Aa Aa

Après plus de deux mois de contestation dans la rue, la réforme des retraites affronte désormais les partis d'opposition à l'Assemblée nationale. Mais la majorité sera-t-elle unie ?

Après avoir fait tourner les transports au ralenti pendant plusieurs semaines, la réforme des retraites arrive en discussions à l'Assemblée nationale en France ce lundi. Et ce sont les députés de la majorité qui risquent de trouver le temps long, après déjà plus de deux mois de contestation.

Si le parti du président Emmanuel Macron, La République en marche, dispose d'une majorité de députés, l'opposition promet de batailler.

Le patron des députés LREM Gilles Le Gendre l'assure : ils ont "hâte" de rentrer dans le vif des retraites, qui vont les occuper jusqu'à l'adoption définitive attendue à l'été.

Blocages

Dans un premier temps, il va falloir venir à bout des 41 000 amendements déposés. La plupart sont issus des rangs de la France Insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon, et des communistes.

Certains députés ont clairement fait état de leur intention de ralentir au maximum le processus législatif.

Mais les blocages peuvent-ils aussi venir de l'intérieur de la majorité ? Les députés vont-ils serrer les rangs ?

Deux piliers de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Emilie Cariou et Laurent Saint-Martin, ont soumis la semaine dernière une série de questions au Premier ministre Edouard Philippe sur "la faisabilité financière de la réforme", en raison notamment des compensations accordées à certaines professions.

D'autres questions, comme celle de la pénibilité, devraient également être abordées. Elle était chère à la vingtaine de députés La République en Marche qui avaient publiquement demandé au premier ministre d'abandonner la mesure de l'âge-pivot à 64 ans, car elle se serait appliquée sans distinction des différences entre les parcours professionnels de chacun.

Unité

Mardi dernier, lors d'une réception à l'Elysée, le président Macron a exhorté les quelque 300 députés de la République en Marche à rester "unis".

Après le scandale Benjamin Griveaux, il s'agit désormais d'éviter de nouvelles fissures politiques, face à une opposition gonflée à bloc, et à l'approche des élections municipales.

Car les opposants à la réforme des retraites n'ont pas dit leur dernier mot. Cinq syndicats ont appelé à la grève dans les transports, dont quatre à la RATP pour le lundi 17 février, jour du début de l'examen en séance par les députés du projet de loi.

Un appel à la mobilisation que le gouvernement a tenté de relativiser ce dimanche. Le secrétaire d'Etat aux transports Jean-Baptiste Djebbari a évoqué sur BFMTV un impact limité, avec un trafic "normal à la SNCF" et "normal ou quasi normal à la RATP", la régie des transports parisiens.