DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : l'Italie veut une stratégie frontalière commune avec les pays limitrophes

euronews_icons_loading
Covid-19 : l'Italie veut une stratégie frontalière commune avec les pays limitrophes
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

L’Italie se démène pour contenir la propagation du Covid-19 sur son sol et en Europe. Sur le vieux continent, ce pays est le plus touché par l’épidémie. Déjà sept décès et près de 250 contaminations. Onze villes du nord du pays ont été placées en quarantaine pour deux semaines.

D'autres mesures sont mises en place, notamment une stratégie frontalière commune. L’Italie a planifié, ce mardi, une réunion d’urgence, à Rome, des ministres de la Santé des pays limitrophes de la péninsule. Dans la capitale italienne, les touristes, eux, ne semblent pas s’inquiéter outre mesure.

"Nous n'avons qu'une seule vie et nous devons en profiter, nous n'allons pas commencer à nous cacher chaque fois que quelque chose se produit, une épidémie par-ci, une épidémie par-là. L'épidémie de grippe se produit également chaque année, elle tue beaucoup de gens aussi mais nous n'en parlons pas", dit une Française.

"Oui, il y a des cas et certains ont été recensés tout près de chez nous, mais objectivement nous ne sommes pas inquiets", ajoute un touriste italien.

L’Organisation mondiale de la santé, elle, s'inquiète. L’OMS avait jusque-là parlé d'épidémie, soit une propagation limitée à un seul pays. Elle semble avoir revu sa copie, l'épidémie touchant, à présent, près d'une quarantaine de territoires.

"Il est temps de nous préparer et de nous concentrer sur l’endiguement, en faisant tout notre possible pour nous préparer à une pandémie. Grâce aux efforts que nous avons fait, nous avons un espoir. La Chine et d’autres pays ayant réussi à enrayer et contenir le virus", a dit le Dr. Michael Ryan, directeur des urgences de l'OMS.

Ce lundi, l'Irak, l'Afghanistan, le Koweït, Oman et Bahreïn ont signalé leurs premiers cas. Tous impliquent des personnes venues d'Iran.

La république islamique a bien du mal à contenir l’épidémie, notamment dans la ville de Qom où la plupart des malades ont été recensés. Lundi, un député de la ville a accusé le gouvernement iranien de ne pas être clair sur l’étendue de l’épidémie en Iran, affirmant que 50 personnes seraient mortes à Qom. Cette affirmation a été rapidement niée par les autorités iraniennes.

Pour l’heure, la Corée du Sud est le pays qui compte le plus grand nombre de cas confirmés en dehors de la Chine. Le championnat du monde de tennis de table, qui devaient se dérouler le mois prochain dans la ville de Busan, a été reporté au mois de juin à cause du virus.