DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : à Milan, le travail au ralenti

euronews_icons_loading
Coronavirus : à Milan, le travail au ralenti
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Milan, en Italie, 8h30 : une nouvelles journée de travail commence pour Tiziano Perchinunno, architecte. Une journée particulière puisque c'est dans un café qu'il vient s'installer avec son ordinateur et ses documents. Depuis une semaine, ils sont des milliers de Milanais à faire comme lui et venir travailler dans des cafés, restaurants, ou rester à la maison.

«Vendredi dernier, raconte Tiziano, j'ai reçu un e-mail annonçant de nouvelles mesures pour contenir le virus, la principale demande était de commencer une semaine de travail intelligent, comme ça pendant que nous ne sommes pas au bureau, la société désinfecte les locaux. On nous a aussi demandé de surveiller notre santé et de leur dire si la situation change. »

L'entreprise a aussi distribué des masques et du désinfectant pour les mains à tous ses employés. Et bien que les mesures soient plus strictes cette fois, Tiziano y trouve son compte : "Ca donne la possibilité de remplir aussi certains engagements personnels, ce qui facilite les choses".

Mais dans la capitale financière italienne, alors que certains peuvent travailler de chez eux, d’autres n'ont pas d'alternative, surtout lorsque leur emploi est lié à la Bourse de Milan. Dans ce bureau du centre de Milan, les traders sont bloqués dans leur salle de marché. Et ce n'est pas de gaîté de coeur, surtout en ce qui concerne la santé des gens :

Antonio Tognoli, responsable des ventes et du trading, «Integrae Sim» : "Vous ne pouvez pas forcer vos employés à venir travailler, alors nous essayons de trouver tous les moyens possibles pour continuer, et si la situation empire, nous déciderons de nous retirer du marché".

Autour de la ville, seuls les centres commerciaux resteront fermés le week-end, les magasins et autres commerces pourront rester ouverts. Mais ceux qui le font se retrouvent plus exposés.

Cette commerçante s'inquiète : _«Il paraît qu'on va peut-être être obligés de fermer nos magasins si la situation empire. Et si on ferme, qu'est ce qu'on devient ?"
_

Mais dans certains cas, l'impact du coronavirus est bien plus radical, par exemple dans le quartier chinois de Milan où les magasins, les restaurants jadis bondés de clients semblent avoir fermé pour une durée indéterminée.