DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La barre des 3 000 morts du Covid-19 est passée, l'épidémie progresse en France et en Italie

Access to the comments Discussion
Par Joël Chatreau
euronews_icons_loading
Coronavirus - Des soldats désinfectent les rues en Corée du Sud
Coronavirus - Des soldats désinfectent les rues en Corée du Sud   -   Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

Le nouveau coronavirus s'impose dans le monde entier, et le déstabilise, trois mois à peine après avoir fait irruption en Chine continentale. La mortalité qu'il engendre a passé la barre des 3 000 décès sur la planète. Le plus lourd bilan est toujours chinois avec 2 912 morts mais par jour, le nombre de contaminations continue de faiblir : 202 nouveaux cas recensés ce lundi, c'est le plus bas depuis la fin du mois de janvier.

La situation est tout à fait contraire en Corée du Sud qui reste le deuxième pays du monde le plus affecté : 500 personnes supplémentaires ont été déclarées porteuses du Covid-19, ce qui fait monter le nombre de malades à 4 000, dont 22 sont décédés. La mairie de Séoul a porté plainte pour "homicide" ce lundi contre les dirigeants de l'Eglise Shincheonji- considérée comme une secte -, les accusant de n'avoir rien fait pour éviter la propagation dans leurs rangs; la puissante organisation compte plus de 260 000 adeptes, et 60% des contaminés dans le pays font partie de son réseau.

L'Iran a plus de mortalité avec 54 patients emportés par la pneumonie virale, officiellement en tout cas car des sources iraniennes plus indépendantes évoquent un bilan d'au moins 210 morts.

Les foyers grandissent en Italie et en France

En Europe, l'épidémie gagne encore plus de terrain en Italie où 500 nouveaux cas ont été signalés - comme en Corée du Sud l'air de rien -, ce qui porte la quantité d'habitants touchés à 1 700. Le nombre de décès s'alourdit, 5 de plus, soit 34 au total, et tous dans les trois régions du nord de la péninsule, frappées dès le début de l'entrée du coronavirus dans le pays, la Lombardie, la Vénétie et l'Emilie-Romagne.

La France est le deuxième foyer européen le plus important, avec 191 personnes infectées par le Covid-19, et trois décès selon un bilan effectué lundi soir. Le département de l'Oise, dans le nord du pays - où sont signalés 47 cas -, et le village de La Balme-de-Sillingy, en Haute-Savoie dans l'est - où 10 personnes sont infectées - restent les principaux lieux de propagation de l'épidémie. Le maire de Crépy-en-Valois a d'ailleurs fait valoir ce lundi qu'il était à son tour contaminé, comme l'avait annoncé lui aussi le maire de La Balme-de Sillingy vendredi dernier.

La population des deux zones françaises à risque doit suivre des règles de plus en plus strictes, plus aucun rassemblement n'est autorisé. Dans l'Oise, les établissements scolaires et périscolaires de l'agglomération de Creil et des villes de Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lagny-le-Sec et Lamorlaye doivent rester fermés jusqu'au 14 mars inclus.

L'Allemagne enregistre quant à elle au moins 125 personnes ayant contracté le coronavirus. Plus de la moitié vivent en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans l'ouest du pays, un land où un couple a d'abord été infecté; le souci, c'est que ce dernier a participé aux festivités allemandes du carnaval fin février.

Un deuxième homme est mort aux Etats-Unis

Les Etats-Unis sont peu à peu gagnés par le nouveau coronavirus, et même, la maladie commence à s'y répandre. Un deuxième Américain, un septuagénaire, est mort dans la banlieue de Seattle, la plus grande ville de l'Etat de Washington, tout au nord-ouest, où un premier décès, celui d'un cinquantenaire, avait été signalé samedi dernier. Trois autres personnes âgées sont dans un état critique également autour de Seattle. Et pour la première fois, un habitant de New York a été testé positif, il s'agit d'une femme d'une trentaine d'années. En tout, 21 patients sont répertoriés sur le sol américain.

Si le nombre de cas est encore faible aux Etats-Unis, la polémique monte déjà. Des experts scientifiques ont critiqué la lenteur de l'administration - Donald Trump a chargé son vice-président Mike Pence de gérer la crise - pour distribuer aux gens des kits de dépistage du Covid-19. A ce jour, le Centre officiel de contrôle des maladies n'a testé que 472 personnes.

AP Photo/Andrew Harnik
Le vice-président américain Mike Pence fait le point sur le Covid-19, aux côtés de Donald Trump, à la Maison Blanche, Washington, le 29 février 2020AP Photo/Andrew HarnikAndrew Harnik

Le niveau de la menace est "très élevé"

Le niveau de la menace est désormais "très élevé", soit le degré maximum, avertit l'Organisation mondiale de la Santé. Se croire à l'abri du Covid-19 serait une "erreur fatale", insiste l'agence de l'ONU.

Il est bon de rappeler, selon des statistiques de l'OMS, que pour la plupart des malades, les symptômes sont bénins, pour 14% d'entre eux, ils sont sérieux et l'on peut parler alors de pneumonie, enfin que 5% des personnes atteintes se trouvent actuellement dans un état grave. Le taux de mortalité peut aller de 2 à 5%, estime l'organisation.