DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Union européenne tente de s'accorder face à la nouvelle crise migratoire

euronews_icons_loading
L'Union européenne tente de s'accorder face à la nouvelle crise migratoire
Tous droits réservés  AP Photo/Giannis Papanikos
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne cherche à trouver des solutions en pleine crise migratoire. A la frontière entre la Grèce et la Turquie, des nouveaux heurts ont éclaté.

Le président du Conseil Charles Michel était à Ankara. Il a tenté de persuader le président turc de refermer sa frontière. L'UE a promis 700 millions d'euros à la Grèce. La Turquie souhaite de son côté que les Européens appuient son intervention en Syrie.

"En dix ans maintenant, nous avons accueilli quatre millions de Syriens en Turquie. Nous avez-vous jamais apporté un tel soutien ? Vous pouvez prendre cette décision facilement" a lancé le président Recep Tayyip Erdogan.

A Bruxelles, les ministres de l'Intérieur de l'Union se sont retrouvés avec, au cœur de leurs discussions, la délicate question migratoire. "L'Europe ne peut pas échouer une deuxième fois sur un sujet si important, estime Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne. C'est une nouvelle chance et probablement la dernière de trouver un accord entre les 27 États-membres."

Manifestation des militants des droits de l'homme

Des militants des droits de l'homme ont donné de la voix devant les institutions européennes. "Les manifestants disent qu'il faudrait ouvrir les frontières et autoriser les gens à passer, rapporte le correspondant d'Euronews à Bruxelles Jack Parrock. Et c'est le message qu'ils donnent aux ministres de l'Intérieur de l'Union européenne réunis ici au Conseil européen."

"Le droit d'asile est non négociable, clame Eve Geddie, directrice du bureau européen de l'ONG Amnesty International. Les pays ne peuvent pas se soustraire à leurs devoir de protection internationale des réfugiés."

La situation toujours chaotique dans la province d'Idleb en Syrie laisse penser que l'afflux de personnes déplacées vers la frontière turque va se poursuivre. L'UE accuse Ankara de "chantage", en liant la guerre en Syrie à la crise migratoire à la frontière grecque.