DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Covid-19 s'infiltre dans une église évangélique et menace trois maisons de retraite en France

euronews_icons_loading
La maison de retraite Etienne-Marie de la Hante, à Crépy-en-Valois dans l'Oise, le 3 mars 2020
La maison de retraite Etienne-Marie de la Hante, à Crépy-en-Valois dans l'Oise, le 3 mars 2020   -   Tous droits réservés  FRANCOIS NASCIMBENI/AFP
Taille du texte Aa Aa

L'épidémie de Covid-19 prend ses quartiers en France et paraît vouloir rester pendant un long moment... Afin de freiner sa progression, les autorités prennent des mesures de plus en plus strictes : un décret publié mercredi au Journal officiel permet désormais de réquisitionner les stocks de différents masques de protection qui seront fabriqués jusqu'au 31 mai prochain; et dans les zones où les chaînes de transmission sont avérées, précisément dans les départements de l'Oise, de Haute-Savoie et du Morbihan, plus d'une centaine de collèges et lycées sont fermés, ainsi que 145 salles de cinéma.

Une église évangélique infiltrée : déjà 7 contaminés

Le nouveau coronavirus a tué une quatrième personne infectée, un homme de 90 ans qui vivait en Bretagne, dans le Morbihan justement. En tout, 285 cas ont été confirmés jeudi à travers l'Hexagone, 99 rien que dans plusieurs villes de l'Oise, des malades qui ont à leur tour contaminé des habitants résidant dans treize régions différentes.

Parmi les nouveaux porteurs se trouvent 7 membres de "La Porte ouverte chrétienne", l'une des plus importantes églises évangéliques protestantes du pays, basée à Mulhouse, en Alsace. Les malades sont des habitants des localités de Hésingue et Bernwiller, dans le Haut-Rhin; les écoles fréquentées par leurs enfants ont été fermées.

Le ministère de la Santé, inquiet à juste titre, a appelé les responsables et les fidèles de cette église à "se surveiller", selon le terme employé par le numéro 2 du ministère, Jérôme Salomon. Le professeur a donné plus de détails :

Nous avons dans le Grand Est sept cas confirmés, dont cinq au sein d'une même famille, il s'agit d'une contamination au cours d'un rassemblement religieux de plusieurs milliers de personnes du 17 au 24 février sur le site de l'église La Porte ouverte chrétienne, dans le quartier de Bourtzwiller, à Mulhouse

Terrain miné dans trois maisons de retraite de l'Oise

Au sein du foyer le plus important de la contamination, l'Oise, l'hôpital de Crépy-en-Valois, spécialisé en gériatrie, est également l'objet de toutes les craintes. L'établissement gère en effet trois maisons réservées aux personnes âgées dépendantes, au sein desquelles une quarantaine d'infections respiratoires aiguës ont été détectées. Parmi les patients testés en urgence, 5 ont déjà été déclarés positifs.

La suite des tests va être menée ce mercredi dans les résidences en question, Etienne-Marie de la Hante, Les Primevères et Saint-Lazare. Une autre mauvaise nouvelle a frappé le même hôpital, 4 de ses agents étaient suspectés d'être atteints par le Covid-19, et 2 d'entre eux ont effectivement contracté la maladie.

La course aux masques et aux flacons de gel

Et dire qu'il y a une semaine, on ne comptait qu'une douzaine de cas de contamination, surtout liés à des retours de Chine. Les Français, bousculés dans leur vie quotidienne et sous tension dans plusieurs zones à risque, sont en partie victimes de la psychose et se ruent sur les masques de protection et les gels hydroalcooliques dans les pharmacies et les grandes surfaces; et même sur les aliments de première nécessité bien au-delà du raisonnable...

Comme par hasard, les prix de ces produits se sont envolés. La Direction générale de la répression des fraudes a promis de s'en mêler en lâchant ses enquêteurs sur le terrain. Bien pire, des individus sans scrupule ont volé des milliers de masques et de flacons de gel dans plusieurs hôpitaux parisiens et marseillais. L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris signale ainsi qu'environ 8 300 masques et 1 200 flacons ont disparu des stocks de ses établissements. Pour sa part, l'hôpital de la Conception, à Marseille, dénonce le vol de 2 000 masques.

Des millions d'équipements de protection livrés aux pharmacies

Ces équipements assez simples sont pourtant primordiaux pour enrayer l'épidémie de Covid-19. Alors le ministre de la Santé, Olivier Véran, a donc fait réquisitionner tous les masques chirurgicaux, et ceux de type FFP2, plus sophistiqués, qui sont actuellement fabriqués, et cela durera jusqu'à fin mai. Il a annoncé par ailleurs que dix millions de protections sont en train d'être réparties et distribuées à toutes les pharmacies de France, et cinq millions aux EHPAD, les Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes.