DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : craintes de tensions sociales et de violences dans le sud de l'Italie

euronews_icons_loading
Coronavirus : craintes de tensions sociales et de violences dans le sud de l'Italie
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Le sud de l'Italie, comme le reste du pays, fait face à la crise du coronavirus. Mais désormais, c'est une crise sociale qui menace aussi le sud de la péninsule, plus défavorisée, et où le travail au noir occupe une grosse partie de l'économie. Pour une grande partie de la population dans la région de Naples, pas d'aide d'Etat ni de protection sociale.

L'Etat doit encore nous envoyer l'argent du chômage promis, alors que pour le crime organisé, en trois heures c'est fait
Luigi de Magistris
Maire de Naples

Le maire de Naples, Luigi de Magistris, ne se fait pas d'illusion : "Nous comptons aussi des millions de sans emploi, et le crime organisé a des liquidités je ne dirais pas égales à celles de l'Etat, mais il peut sortir l'argent beaucoup plus vite. L'Etat doit encore nous envoyer l'argent du chômage promis, alors que pour le crime organisé, en trois heures c'est fait".

En Sicile, la police a du garder l'entrée de supermarchés pour empêcher des pillages. Sans aucun revenu officiel et avec un marché noir à l'arrêt, beaucoup se retrouvent sans pouvoir d'achat et si le confinement dure encore, les maires de plusieurs villes du sud ont dit craindre des violences, voire des émeutes.