DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La vie reprend peu à peu ses droits dans la zone d'exclusion de Tchernobyl

euronews_icons_loading
La vie reprend peu à peu ses droits dans la zone d'exclusion de Tchernobyl
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

"Mon mari travaillait sur une grue quand il a vu un flash lumineux. Il n'y a pas vraiment prêté attention, car ce genre de choses arrivait souvent. Et puis, plus tard, il a ressenti des picotements dans la gorge et il avait la bouche sèche. Il a dit à ses amis qu’il ne se sentait pas bien et ils lui ont conseillé de boire de la vodka. Et c’est ce qu’il a fait. Le lendemain matin, les médecins sont venus avec un compteur Geiger et ont mesuré le rayonnement de sa Thyroïde. Il était très élevé", raconte Valentina Kukharenko . Elle a 82 ans et n’a pas quitté sa maison située dans ce qu’on appelle aujourd’hui la zone d’exclusion de Tchernobyl.

Ce périmètre a été établi après la pire catastrophe nucléaire de l'histoire de l'humanité survenue le 26 avril 1986.

Ce jour-là, le réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explose. D'importantes quantités d’éléments radioactifs sont alors propulsés dans l’atmosphère puis transportés par les nuages à travers toute l’Europe, sur des milliers de kilomètres.

Ceux qui vivaient à proximité de la centrale sont immédiatement évacués et une zone d'exclusion de 30 kilomètres est établie.

Cette tragédie a fait des millions de victimes. Cancers, atteintes aux systèmes immunitaires, maladies cardiaques, les suites de la contamination radioactive sont encore d’actualité. La catastrophe a aussi réduit à néant l’environnement alentour. Pripiat, par exemple, est devenue une ville fantôme où la nature reprend aujourd’hui peu à peu ses droits.

Bien que la loi ukrainienne l’interdise, environ 200 personnes, principalement des personnes âgées, sont revenus, malgré tout, vivre dans la zone d'exclusion, en dépit du danger.

"Actuellement, ces personnes sont vraiment très exposées aux radiations, y compris les villageois qui vivent en dehors de la zone d'exclusion. Car tout cet environnement reste dangereux même 30 ans après l'explosion. Le gouvernement doit investir énormément pour protéger ces gens et les centaines de milliers de personnes qui vivent au-delà de la zone d'exclusion", explique le professeur Sergey Zibtsev de l'Université nationale des sciences de la vie et de l'environnement d'Ukraine.

Le lieu reste dangereux, mais de nombreux scientifiques estiment que l'impact de cette catastrophe sur l'écosystème a été positif à long terme et que la zone se rétablit.

Evgeny Markevich vit dans la zone d’exclusion et il est certain de ne prendre aucun risque pour sa santé. Il avait été évacué après la catastrophe, mais sa maison lui manquait trop et il a décidé de revenir.

"Le corps humain s'adapte à tout, il s'habitue et tout redevient normal. C’est arrivé il y a 34 ans. C’est vrai, ça va faire 34 ans dans un mois. Tout guérit avec le temps", dit-il.