DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Après la mort, le Covid-19 répandra la pauvreté

euronews_icons_loading
Après la mort, le Covid-19 répandra la pauvreté
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

La pandémie de Covid-19, c'est aussi le risque de plus de pauvres encore dans le monde : un demi-milliard de personnes supplémentaires, entre 6 et 8% de la population de la planète, pourraient basculer dans la pauvreté si des plans de soutien ne sont pas rapidement mis en oeuvre. C'est l'ONG Oxfam qui lance ce cri d'alarme, et réclame trois mesures phares.

D'abord, l'annulation immédiate des paiements de la dette des pays en développement pour une valeur de 1 000 milliards de dollars en 2020. A titre d'exemple, dit Oxfam, l'annulation des paiements de la dette extérieure du Ghana en 2020 permettrait au gouvernement d'accorder un don en espèces de 20 dollars par mois à chacun des 16 millions d'enfants, de personnes handicapées et de personnes âgées du pays pendant une période de six mois.

Ensuite, la création d'au moins 1 000 milliards de dollars de nouvelles réserves internationales du FMI, appelées droits de tirage spéciaux, afin d'augmenter considérablement les fonds disponibles pour les pays. Cela permettrait au gouvernement éthiopien d'avoir accès à 630 millions de dollars supplémentaires, ce qui suffirait à augmenter ses dépenses de santé de 45 %.

Enfin, pour fournir les 2 500 milliards de dollars que les Nations unies estiment nécessaires pour aider les pays en développement à faire face à la pandémie, il faudrait également 500 milliards de dollars supplémentaires d'aide, notamment pour renforcer les systèmes de santé publique des pays pauvres et 2 milliards de dollars pour le fonds humanitaire des Nations unies.

Oxfam réclame la création d'impôts de solidarité d'urgence en taxant les bénéfices extraordinaires, les plus grandes fortunes, les produits financiers spéculatifs et les activités ayant un impact négatif sur l'environnement.

Les effets du coronavirus pourrait constituer un recul de dix ans dans la lutte contre la pauvreté, et voire 30 ans dans certaines régions comme en Afrique sub-saharienne, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. Le coronavirus menace la planète d'un désastre économique sans précédent, jamais vu depuis 1929 .